Retour

Saison de misère des Sénateurs d'Ottawa : tout le monde doit prendre ses responsabilités

Les Sénateurs d'Ottawa ont vidé leur vestiaire du Centre Canadian Tire, lundi, après avoir terminé la saison par une autre défaite, samedi, face aux Bruins à Boston. L'équipe s'est livrée à cet exercice un mois plus tôt qu'en 2017, alors qu'elle s'était inclinée en prolongation d'un 7e match contre les Penguins de Pittsburgh, le 12 mai.

Un texte de Jonathan Jobin

L'entraîneur-chef Guy Boucher n'y est pas allé par quatre chemins en commençant son bilan.

« Tout le monde est déçu. On voulait participer aux séries et on ne l'a pas fait », a lancé le pilote des Sénateurs d'entrée de jeu.

Les Sénateurs ont pris le 30e rang de la Ligue nationale de hockey (LNH) en récoltant seulement 67 points en 82 matchs. Seuls les Sabres de Buffalo ont fait pire.

Boucher a parlé des difficultés de son équipe à retrouver sa chimie et à bien faire défensivement. « Nous avons été dans le top 10 en défensive l'an dernier. Cette année, on a tenté d'être plus portés vers l'attaque et on s'est perdu là-dedans », a souligné Boucher.

Son équipe a concédé 284 buts cette saison, le 2e plus haut total de la LNH, mais n'a marqué que 219 fois.

L'entraîneur, qui en était à sa 2e saison derrière le banc à Ottawa, reconnaît qu'il n'a pas répondu aux attentes lui non plus.

« Je veux prendre la responsabilité, comme entraîneur, dans tous les niveaux que je contrôle. Que ce soit les gardiens, les défenseurs ou les attaquants, tout le monde peut prendre ses responsabilités », a ajouté Boucher.

Le Québécois a refusé de parler des blessures ou du calendrier pour expliquer les insuccès de sa formation. Les Sénateurs ont toutefois eu un des calendriers les plus exigeants du circuit cette saison. En plus de voyager en Suède, en novembre, ils ont eu à faire face à une vingtaine de séquences de deux matchs en deux soirs, souvent sur la route.

Karlsson sera-t-il de retour ?

Le capitaine de l'équipe, Erik Karlsson, a été l'objet de toutes sortes de rumeurs de transactions durant la saison.

Le Suédois a aussi manqué des matchs, en fin de saison, en raison de la mort de son fils il y a quelques semaines.

« Cette saison a été la pire de ma carrière, sur le plan professionnel et personnel », a mentionné le numéro 65, soulignant qu'il n'avait jamais traversé autant de difficultés en neuf ans à Ottawa.

Karlsson a commencé la saison plus tard que les autres en raison d'une blessure à la cheville et il n'était pas 100 % en forme lors de son retour au jeu. « J'ai commencé à me sentir à l'aise après les fêtes environ », a affirmé celui qui peine à expliquer les difficultés de sa formation cette saison.

Le défenseur vedette soutient qu'il n'est toujours pas certain de son avenir, même s'il possède encore une année valide à son contrat avec les Sénateurs.

« Il a toujours une possibilité que j'aie joué mon dernier match avec les Sénateurs, malheureusement, mais ce n'est pas mon souhait et je n'ai pas de contrôle là-dessus », a-t-il mentionné. « J'espère être de retour l'an prochain. Je vais rester à Ottawa tout l'été et je reviendrai ici après ma retraite, peu importe ce qui arrive, parce que c'est chez moi maintenant. »

Erik Karlsson entend suivre attentivement le tirage au sort de la LNH dans les prochaines semaines.

« On dirait que c'est la première fois que je réalise à quel point c'est important. J'espère que cela tournera en notre faveur », a conclu le capitaine des Sénateurs.

Plus d'articles