Retour

Saison terminée pour Maxim Tissot, qui devra être opéré

« Frustrante » est le mot privilégié par Maxim Tissot lorsqu'il parle de sa saison avec le Fury d'Ottawa. Il n'aura joué que quatre matchs, ennuyé par des blessures, dont une qui le forcera à passer sous le bistouri dans les prochaines semaines.

Un texte de Kim Vallière

Le Gatinois a subi une déchirure du ligament croisé antérieur du genou gauche dans le match retour du quart de finale du Championnat canadien contre l'AS Blainville, le 27 juin. Le ménisque et le ligament croisé médial ont également été endommagés.

Tissot devra subir une opération d’ici la fin du mois de juillet, lorsque sa jambe aura retrouvé davantage de mobilité.

« Ils disent que ça prend neuf mois à partir de la blessure avant de pouvoir rejouer à 100 %. Après l’opération, ça prend trois mois avant de pouvoir courir. Donc oui, c’est un long processus », explique le défenseur du Fury, qui se déplace avec des béquilles depuis qu’il s’est blessé.

L’athlète de 26 ans n’aura joué que 48 minutes à sa première saison dans la United Soccer League (USL). Il s’était aussi blessé à un muscle des quadriceps de la jambe gauche lors du premier match intra-équipe pendant le camp d’entraînement d’Ottawa en février.

Cette blessure avait été jusque là sa plus sérieuse en carrière. L’opération qu’il devrait subir dans quelques semaines à Ottawa sera sa première.

« La première partie, je dirais que c’est plutôt mental. Je ne peux pas vraiment marcher et il n’y a pas grand-chose que je peux faire. Il va falloir que je me trouve des activités à la maison », dit-il, avant d’avouer passer un peu trop de temps devant la télévision depuis deux semaines.

Plusieurs de ses coéquipiers avec le Fury l’ont contacté pour partager leur expérience avec une blessure comme la sienne, comme Cristian Portilla qui s’est aussi déchiré le ligament croisé-antérieur l’an dernier.

« J’ai des gens qui m’entourent qui savent c’est quoi mentalement, comment ça fonctionne la réhabilitation, donc je suis entre bonnes mains », soutient l’ancien joueur de l’Impact de Montréal.

Un rôle de mentor

Même blessé, Tissot se rend à la Place TD presque quotidiennement pour recevoir des traitements de physiothérapie, question de se préparer à l’opération.

Il a également l’intention de rester dans l’entourage de l’équipe jusqu’à la fin de la saison pour continuer son travail de mentor avec les plus jeunes, lui qui a joué en NASL, en MLS et avec l’équipe nationale.

« J’essaie de rester positif malgré tout et d’aider l’équipe. Je pense qu’à l’extérieur du terrain, c’est important de montrer aux gars du positivisme, malgré ma grosse blessure. J’essaie de venir ici avec le plus gros sourire possible », affirme Tissot.

Ses coéquipiers le lui rendent bien. Ils ont tenu son maillot lors de la traditionnelle photo d’avant-match lorsqu’ils ont affronté les Riverhounds de Pittsburgh dimanche dernier.

Un moment touchant pour le numéro 15 du onze ottavien, qui apprécie le soutien des autres joueurs du club.

Découverte d’une prochaine carrière?

Les deux blessures qui l’ont forcé à regarder les matchs sur les lignes de côté lui ont ouvert les yeux sur de nouvelles possibilités, comme celle d’une carrière éventuelle d’entraîneur.

« J’aimerais ça faire mes cours [pour devenir entraîneur]. J’y pense depuis ma blessure, c’est sûr que ça m’intéresserait plus tard », avance Tissot, qui apprécie beaucoup le rôle de meneur que lui a confié le directeur général du Fury, Julian de Guzman, depuis le début de la saison.

Ce dernier a voulu rassurer le joueur local sur son avenir avec l’équipe. Le Québécois écoule présentement la première année d’un contrat de deux saisons avec Ottawa.

« J’ai parlé à Julian la semaine dernière [...] il m’a dit qu’il voulait m’avoir dans l’entourage de l’équipe pour amener du positivisme et pour montrer que ce n’est pas la fin du monde », explique Tissot. « Ç’a fait du bien d’entendre ce qu’il m’a dit. »

Le joueur maintient cette attitude positive, à la fois dans sa remise en forme, mais aussi pour la saison du Fury, qui se trouve à quatre points d’une place en séries éliminatoires à la mi-saison.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine