Retour

Salaire égal pour travail égal en Ontario, d’autres défis pour les commerçants

Les nouvelles règles régissant un salaire égal pour un travail égal en Ontario entreront en vigueur dimanche en Ontario. Pour les employeurs et les commerçants, ces nouvelles mesures représentent des défis supplémentaires.

Le gouvernement de Kathleen Wynne poursuit la mise en œuvre des mesures pour l’équité en milieu de travail, comme il l'a annoncé l’an dernier.

Après la hausse du salaire minimum à 14 $ de l’heure en janvier et l’ajout de vacances payées pour certains travailleurs, les employés temporaires, saisonniers et à temps partiel auront maintenant droit au même taux salarial que leurs collègues à temps plein pour des fonctions similaires au sein d’une même entreprise.

Le gouvernement dit vouloir ainsi réduire l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

« Après deux ans d’études et beaucoup de discussions, on constate un genre de discrimination pour la femme souvent, où elle se retrouve dans une situation où elle est moins payée que l’homme. C’est une situation qu’on voulait rectifier. Pour moi, comme ancien employeur, c’est important d’être juste envers chacun de nos employés », a affirmé la députée provinciale d’Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde.

Or, il y aura des exceptions quant à la parité des salaires, par exemple, si l’employeur rémunère son employé en fonction de son ancienneté, au mérite ou encore de tout autre facteur qui n’est pas établi en fonction du sexe et du statut d’emploi.

L'effet sur les commerçants

Mme Lalonde a admis que les changements apportés pouvaient amener de l’incertitude chez les employeurs.

Dans les derniers mois, plusieurs commerçants ont d'ailleurs dû changer leurs pratiques pour s’adapter aux nouvelles mesures.

Pour les petites entreprises, les défis sont grands alors que les coûts sont toujours à la hausse.

« En Ontario, nous avons trois à quatre fois plus de taxes foncières, la même chose pour l’Hydro et, bien sûr, le salaire minimum en même temps. C’est très difficile. Nous n’avons pas en Ontario un gouvernement qui est à l’écoute des entreprises familiales », a dit le propriétaire de la boutique Herb & Spice à Ottawa, Mike Steinberg.

Le gouvernement ontarien rétorque qu’il travaille avec le secteur privé pour en atténuer les conséquences.

Rappelons que le salaire minimum doit atteindre 15 $ l’heure en 2019.

Avec les informations d’Antoine Trépanier

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »