Retour

Salaire minimum : le virage à gauche du gouvernement de l’Ontario

La première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, se défend d'avoir changé son fusil d'épaule pour tenter de gagner les élections dans un an, en annonçant mardi que le salaire minimum grimperait à 15 $ l'heure.

En entrevue à l’émission Y a pas deux matins pareils de Radio-Canada, Mme Wynne a affirmé, mercredi, qu’elle avait toujours été « préoccupée » par le sort des travailleurs, mais qu’un récent rapport d’un groupe d’experts l’avait incitée à délaisser sa politique de limiter les hausses du salaire minimum au taux d’inflation.

En janvier dernier, pourtant, la première ministre maintenait que cette politique était la façon « responsable » de faire.

Mme Wynne a aussi vanté en entrevue sa réforme des lois du travail et le nouveau programme de gratuité des médicaments pour les enfants, notamment. En d’autres mots, des mesures de gauche.

Pour mieux visualiser ce graphique sur votre appareil mobile

Mesures électoralistes?

De son côté, la chef du NPD, Andrea Horwath, accuse la première ministre libérale, en chute libre dans les sondages, de faire volte-face pour « sauver sa peau » politiquement.

Pour sa part, le chef conservateur Patrick Brown n’a pas encore fait connaître sa position sur la hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure d’ici 2019.

Il dit vouloir d’abord analyser les coûts et les bénéfices de la mesure. « On veut être absolument certain, explique-t-il, que ça ne minera pas la création d’emplois. »

Plus d'articles

Commentaires