Retour

Sans promesses de financement fédéral, les Mosaïcultures revoient leurs ambitions à la baisse

Toujours sans réponses de la part de Patrimoine canadien pour le financement des Mosaïcultures 2017, les organisateurs se voient dans l'obligation de diminuer l'ampleur de certains volets du projet.

Pour rappel, Gatineau souhaite accueillir l'événement dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Le plan initial prévoyait que des œuvres soient exposées au parc Jacques-Cartier, mais aussi à différents endroits de la capitale nationale.

Si la première partie du projet est maintenue, la seconde a été considérablement revue à la baisse, le gouvernement fédéral tardant à donner son feu vert quant à sa participation.

« Le temps est en train de nous rattraper. Il y avait un volet qui était prévu du côté d'Ottawa. [...] On va se limiter peut-être à une ou deux œuvres. On ne sera pas capable de faire tout ce qui était prévu », explique la directrice générale des Mosaïcultures internationales, Lise Cormier.

Elle reconnaît par ailleurs que l'événement ne pourra pas avoir lieu sans l'appui financier d'Ottawa.

Mme Cormier préfère ne pas dévoiler le plan d'affaire des Mosaïcultures 2017 pour le moment, mais l'enveloppe attendue du fédéral se chiffrerait à plusieurs millions de dollars.

La Ville de Gatineau s'est déjà engagée à hauteur de 2 millions de dollars. Les discussions se poursuivent avec Québec, dont l'engagement est tributaire de celui d'Ottawa.

Selon les organisateurs, il y a déjà eu un investissement de 1,5 à 2 millions de dollars pour la réalisation de l'avant-projet et des étapes préliminaires.

De bonnes nouvelles néanmoins

Tout le projet n'est pas complètement mis sur pause. Entre-temps, les organisateurs ont commencé à travailler avec les provinces et les territoires.

« Au moment où on se parle, on travaille avec 11 provinces et territoires. Il y en a 2 qui vont participer, mais on n'a pas encore commencé à travailler avec elles. Donc on développe les design des œuvres qui pourraient les représenter au parc Jacques-Cartier », précise Mme Bourgeois.

Selon cette dernière, cet aspect du projet évolue très bien et les représentants des provinces sont très enthousiastes. Des discussions très prometteuses ont aussi été entamées avec les Premières-Nations.

Avec des informations de Marie-Lou St-Onge

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards