Retour

Sean Brennan est de retour à Pinel après sa cavale

Sean Brennan est de retour à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, d'où il a pris la fuite mardi après-midi, alors qu'il bénéficiait d'une sortie sans surveillance.

L'état psychiatrique et les conditions de détention de l'homme de 29 ans devront être réévalués, a souligné mercredi le Dr Gilles Chamberland, directeur des services professionnels à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal.

Sean Brennan a été confié à l'institut psychiatrique après le meurtre de Bryan Bougie, en 2011, pour lequel il avait été reconnu non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.

« Il commençait une réinsertion lors de sa sortie, a expliqué le Dr Chamberland au micro d'Isabelle Richer. Il était bien et il ne représentait pas de danger. »

Sa fugue était toutefois « inquiétante », puisqu'il avait besoin de traitements et qu'il pouvait potentiellement redevenir dangereux. Son état psychiatrique l'a mené dans le passé à poser des « gestes très graves », a affirmé le Dr Chamberland, en faisant référence au meurtre de Bryan Bougie.

Le personnel de l'Institut n'alerte pas toujours la police immédiatement en cas de fuite, a poursuivi le Dr Chamberland . « Ça dépend où [les patients] sont rendus dans leur processus de réinsertion; il y a des délais qui pourraient être explicables »

Sean Brennan a été arrêté mercredi par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans l'arrondissement de LaSalle, a affirmé la Sûreté du Québec (SQ). Selon nos informations, son arrestation est survenue sur la voie publique dans le secteur de la rue Newman, où il a été reconnu par des policiers du SPVM.

« L'arrestation s'est bien déroulée. Il n'a pas résisté », a précisé mercredi la porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin. qui a ajouté que M. Brennan pourrait faire face à une accusation criminelle d'évasion de garde légale.

En 2013, alors qu'il était détenu à Pinel, Brennan a été accusé de voies de fait après une agression survenue entre les murs de l'établissement. Encore une fois, il a été déclaré non criminellement responsable de ses actes.

Le Dr Chamberland estime que la moitié des patients de Pinel bénéficient de permissions de sortie ou sont en processus de réinsertion dans une habitation à l'extérieur de l'établissement. Ils demeurent toutefois sous une ordonnance de détention lors de leur processus de réinsertion, a-t-il précisé.

Plus d'articles