Retour

Sexapalooza : un festival sans tabou où la notion de consentement est impérative

Il n'y a pas de tabou en fin de semaine au Centre Shaw à Ottawa où a lieu une importante exposition sur la sexualité. Plusieurs ateliers sur la domination et sur la notion de consentement sont organisés.

Le festival est axé sur la vente de produits liés à la sexualité. Selon les organisateurs, les objets de soumission et de domination gagnent en popularité depuis la dernière année. « Depuis Fifty Shades of Grey, il y a beaucoup de monde qui veulent attacher leurs partenaires ou essayer quelque chose de différent », explique la gérante de Wicked Wanda's, Madeleine Dorion.

L'organisatrice du festival Sexapalooza d'Ottawa, Dani Dickinson, affirme qu'il est important que ces pratiques s'accompagnent toujours du consentement de tous les partenaires. « J'ai remémoré à tous mes conférenciers et mes exposants de mettre l'accent sur le consentement », précise-t-elle.

De plus en plus d'ateliers éducatifs sont offerts lors de l'événement, notamment sur la domination. « Les deux personnes qui vont être dans cette situation de domination, il doit y avoir beaucoup de communication qui doit être là, on ne peut pas avoir de surprises », explique une conférencière, Shade Nyx.

Les organisateurs s'attendent à accueillir, encore une fois cette année, près de 16 000 visiteurs, un nombre semblable à celui de Toronto. La preuve selon eux qu'Ottawa est une ville moins conservatrice qu'on ose l'imaginer.

D'après le reportage de Catherine Lanthier

Plus d'articles