Retour

SLO 2016 - Claude Traversy, doyenne du Salon du livre de l'Outaouais

Après 34 ans de loyaux services à titre de grande patronne des services d'exposition du Salon du livre de l'Outaouais (SLO), Claude Traversy tourne cette semaine une page dans sa longue carrière de gestionnaire d'événements.

Un texte de Julien Morissette, à l'émission Les malins plaisirs

Pour la dernière fois de sa carrière, Claude Traversy s'est installée dans un hôtel gatinois pour y passer la semaine, en préparation du SLO. Dirigeant une vingtaine d'employés - "ses gars", comme Claude les appelle affectueusement -, elle bâtit avec sa troupe tous les kiosques des exposants et assure le bon fonctionnement des opérations, jusqu'au démontage du salon.

Des salons d'exposition pas comme les autres

Selon Claude, un climat de respect inégalé règne dans les salons du livre. En ayant travaillé dans des salons de l'auto ou de l'habitation, elle a pu noter le contraste et se réjouit maintenant de voir les artisans de l'édition faire la bise à ses techniciens, qui sont reconnus et appréciés par les exposants.

Durant les quelques jours précédant l'ouverture du SLO, les journées de travail s'étirent de 8 h à 20 h pour respecter le « plan de match » soigneusement préparé par Claude.

La gestionnaire est consciente que la motivation de son équipe pousse la productivité à son comble et que la fierté qu'en retirent ses employés est « sa plus grande paye ».

Un nouveau chapitre

Dimanche, à la tombée du rideau, Claude entamera son dernier démontage en Outaouais. Ce sera un moment émouvant pour les éditeurs, auteurs, bénévoles et employés qui verront quitter un important morceau de la mémoire vivante du Salon du livre de l'Outaouais.

Elle prendra sa retraite à la fin de l'année, après les salons du livre de Montréal et de Québec.

Plus d'articles