Retour

Soins de santé en français : la nouvelle loi déçoit l’AFO

« La priorité n'est pas accordée aux patients francophones dans la Loi 41 », déplore l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) alors que l'Ontario vient d'adopter la loi 2016 sur la priorité aux patients.

Les députés de Queen’s Park ont entériné, mercredi, le projet de loi qui vise à faciliter l’accès aux soins dans la province, notamment en régions.

L’AFO et le commissaire aux services en français de l’Ontario avaient demandé au gouvernement provincial de profiter de l'écriture du texte législatif pour assujettir les soins de santé à la loi 8, la Loi sur les services en français.

Tous deux souhaitaient notamment que les fournisseurs de santé mandatés par les Réseaux locaux d'intégration des services de santé (RLISS) soient tenus d'offrir leurs services en langue française.

Ces recommandations n’ont pas été suivies par la province.

« Pourquoi les francophones doivent-ils attendre une fois de plus après un règlement pour éviter un affaiblissement des services de santé en français ? » écrit le président de l’AFO, Carol Jolin, dans un communiqué publié mercredi.

Les demandes faites en santé par les francophones ne sont pas faites par “simple” revendication identitaire. C’est une question de sécurité.

Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Dans un communiqué, la province a toutefois promis, à travers la nouvelle loi, d’« accroître l'accent mis sur la sensibilisation aux réalités culturelles et la prestation de services de santé aux Autochtones et à la population ontarienne francophone. »

Plus d'articles

Commentaires