Retour

Soins de santé en Ontario : les temps d’attente à la hausse

Les patients ontariens ont dû attendre plus longtemps en 2017 avant de pouvoir subir un remplacement de la hanche, du genou ou une opération de la cataracte. C'est ce que révèlent les données publiées par l'Institut canadien de l'information sur la santé (ICIS).

Un texte de Bienvenu Senga

La tendance à la hausse des temps d’attente dans la province est observée depuis 2015.

Selon la chercheuse principale de l’ICIS, Christina Lawand, le système de santé n’arrive plus à répondre à la demande. « Il y a une population qui vieillit et qui met beaucoup de pression sur les services », explique-t-elle.

Elle indique également que l’organisation et l’optimisation des ressources médicales font souvent défaut en province.

La députée provinciale de Nickel Belt et porte-parole en matière de santé du Nouveau Parti démocratique (NPD), France Gélinas, n’est pas surprise par les données de l’ICIS.

Pour elle, le manque d’infrastructures hospitalières adéquates y est pour beaucoup. « Les hôpitaux sont tellement pleins que l’on doit limiter le nombre d’interventions chirurgicales programmées au nombre de lits disponibles », fait-elle savoir.

Elle se dit aussi inquiète de la légère baisse de la proportion de patients ontariens atteints de cancer ayant pu commencer leur traitement de radiothérapie dans les délais prescrits. Le taux est passé de 99 % en 2016 à 98 % en 2017.

« Si ton médecin te dit que tu dois commencer ton traitement contre le cancer, mais qu’on ne peut pas s’occuper de toi dans l’immédiat, ce ne sont pas des soins de qualité », déclare-t-elle.

Des hausses de temps d’attente se sont fait remarquer dans plusieurs provinces du pays. Seul le Québec arrive toujours à traiter plus de 80 % de ses patients dans les délais de référence pour ce qui est de l’opération de la cataracte, la radiothérapie et les remplacements de la hanche et du genou.

Moins de patients soignés à temps

Si la proportion de patients ayant pu recevoir leurs soins à temps dans le nord de l’Ontario en 2017 est parfois supérieure à celle des autres régions, les données sur le nombre de patients traités ne vont pas dans le même sens.

Moins de patients ont pu être soignés à temps dans le nord de l’Ontario que dans certaines autres régions de la province, telles que le Sud.

Selon Mme Lawand, cela serait attribuable à l’accès plus difficile aux médecins spécialistes dans le nord de la province que dans les autres régions de la province. « Les grands centres ont le luxe d’avoir plus de ressources », note-t-elle.

L’ICIS espère que ses données guideront les gouvernements dans l’élaboration de leurs politiques de santé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine