Retour

Soins de santé : le statut particulier de l'Outaouais sera maintenu

Le statut particulier de l'Outaouais en santé sera maintenu intégralement, a assuré lundi matin la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

De passage à Gatineau, la présidente, Régine Laurent, affirme avoir reçu l'assurance du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, du maintien des fonds de 10 millions de dollars, qui permettent d'offrir des primes pour retenir le personnel du côté gatinois de la rivière des Outaouais.

La semaine dernière, Régine Laurent avait fait part de son inquiétude quant à l'avenir de cette mesure. Elle disait craindre un exode des infirmières vers Ottawa, advenant un retrait du statut.

Pour la FIQ, qui est actuellement en négociations avec Québec, il s'agit d'une victoire.

« Les inquiétudes sont maintenant dissipées. La région de l'Outaouais demeurera attractive [sic] pour les emplois dans le secteur de la santé et nous pourrons garder nos travailleuses et nos travailleurs chez nous », précise Lyne Plante, co-porte-parole de la FIQ pour l'Outaouais, par voie de communiqué.

L'entente devrait être signée sous peu.

Par ailleurs, le syndicat a aussi annoncé le maintien de deux postes d'infirmières aux dons d'organes et de tissus dans la région, dont l'abolition avait été annoncée au moment de la création du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais. 

Un renversement qui, selon la FIQ, est possible grâce à la mobilisation du public, mais aussi aux deux employées qui avaient réussi à faire du service des dons d'organes de Gatineau l'un des plus reconnus au Québec.

La direction du CISSS de l'Outouais admet que l'abolition des deux postes a eu un impact sur les dons d'organes.  Elle dit être toujours en train d'analyser les données.

Plus d'articles

Commentaires