Retour

Sommet de la Francophonie à Madagascar : opération de charme pour l’Ontario

La ministre déléguée aux Affaires francophones sera à Madagascar en fin de semaine pour tenter de faire adhérer l'Ontario à l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Marie-France Lalonde prononcera un discours devant les 80 États membres, qui décideront si oui ou non, l’Ontario sera la troisième province canadienne à devenir membre de l’organisation, un statut qu’elle brigue depuis des années.

Il faut démontrer qu’en Ontario on parle français et peut-être que cette nouvelle avenue va aussi nous aider avec l’immigration francophone.

Marie-France Lalonde, ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones

La ministre aura un peu plus de deux minutes de parole pour, dit-elle, « faire valoir les dossiers économique, culturel et social de l’Ontario ».

Elle entend également mettre en valeur la Loi sur les services en français et vendre l’Ontario comme terre d'accueil pour l’immigration francophone.

Les membres de l’OIF doivent approuver à l’unanimité la requête de l’Ontario.

Le Québec et le Nouveau-Brunswick sont membres à part entière de l'organisme depuis respectivement 1971 et 1977.

L’Ontario désire faire partie de l’OIF en tant qu’observateur. Ce statut lui permettrait de participer au Sommet, à la Conférence ministérielle et aux séances du Conseil permanent de la Francophonie. Toutefois, la province ne pourrait pas intervenir durant les débats, ni voter sur des résolutions.

Le Canada siège à la table depuis 1970.

Justin Trudeau au sommet

Le premier ministre du Canada sera lui aussi au Sommet de l’OIF.

Justin Trudeau doit notamment y parler des droits des femmes et de l’égalité des sexes.

Plus d'articles