Retour

SONDAGE - Réforme de la santé : plus ça change, plus c’est pareil

EXCLUSIF - Le système de santé, toujours malade? C'est ce que croit une majorité de Gatinois alors que 70 % d'entre eux trouvent que la réforme du ministre Gaétan Barrette n'a pas amélioré l'accès aux soins, selon un sondage CROP-Radio-Canada.

Un texte de Jérémie Bergeron

Trois ans après l’adoption de la loi 10, qui visait à simplifier l'accès aux soins et aux services, les infirmières à bout de souffle et leurs cris du coeur font le tour du Québec. Elles ne sont pas seules à trouver que le réseau de la santé ne va pas bien, puisque seulement 24% des Gatinois interrogés remarquent une amélioration de l’accès aux soins depuis 2015.

Ce sont 31% des répondants qui trouvent que la situation s’est détériorée et 39% des Gatinois estiment que l’accès aux soins est demeuré le même.

Le problème en serait un d'accessibilité, selon le coordonnateur d’Action Santé Outaouais, Jean-Charles Pichereau. « C’est cyclique », dénonce M.Pichereau. « Quand vous ne pouvez pas rentrer dans le système, vous êtes bloqués à la porte et il faut absolument avoir un accès beaucoup plus facilement qu’actuellement. »

Les délais d’attente préoccupent

Les hôpitaux de Hull et de Gatineau demeurent extrêmement achalandés depuis le début de l’année, notamment en raison d'explosion des cas de grippe. Les patients doivent souvent attendre plusieurs heures à l’urgence et ces délais sont une grande préoccupation vécue en lien avec l’accès aux soins de santé, selon 58% des répondants.

Les délais d’attente pour rencontrer un spécialiste ou pour une intervention spécialisée arrivent au deuxième et au troisième rang du palmarès.

Ces délais seraient entre autres causés par un problème de communication et de coordination, croit M.Pichereau, d’Action Santé Outaouais. « Il faut que les services de médecins de chirurgie ou autre puissent se parler pour que ça aille beaucoup plus vite pour que le gagnant soit le patient. »

Par ailleurs, près du tiers des Gatinois estiment être poussés à avoir recours aux services du réseau privé. « Qu’il y ait du privé ce n'est pas une gêne en soit, mais la première option, ça doit être le service public », conclut M.Pichereau.

Une réforme « catastrophique »

Les travailleurs du réseau de la santé ont eux aussi une opinion défavorable de la réforme du ministre Barrette.

Une vingtaine d’entre eux ont d’ailleurs tenu à manifester leur mécontentement lundi devant les bureaux du député libéral de Chapleau, Marc Carrière.

« Les conditions de travail se sont dégradées. Le réseau de la santé est pire qu’il était il y a trois ans », a estimé le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Christian Meilleur.

« Il manque de personnel. Les gens trouvent que le système n’est pas attirant parce que les conditions dans lesquelles il faut pratiquer ne sont pas faciles », a souligné pour sa part le vice-président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais pour le secteur de la Vallée-de-la-Gatineau, Patrick Dupont.

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), Geneviève Côté, a indiqué que le CISSSO ne commenterait pas le dossier.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine