Retour

Soupir de soulagement pour les employées de la Maison d'amitié à Ottawa

La grève est finalement évitée à la Maison d'amitié d'Ottawa, le seul refuge pour femmes francophones victimes de violence familiale.

Les 35 employées syndiquées de l'organisme négocient leur première convention collective avec leur employeur. Les deux parties ont pu en arriver à une entente, dimanche, à la veille de la date butoir fixée pour tenir une grève.

Jacynthe Barbeau, conseillère syndicale pour le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), croit que le manque de financement gouvernemental a nui au processus.

« Ç'a toujours un impact sur les négociations et puis [sur la façon dont] l'employeur agit lorsqu'on est en train d'essayer de négocier les aspects monétaires », explique-t-elle.

Elle ajoute que les employées sont soulagées par l'entente.

Les membres, qui ont joint le SCFP il y a trois ans, voteront sur l'entente négociée d'ici une semaine.

Plus d'articles

Commentaires