Retour

Soupirs de soulagement pour des sinistrés des inondations en Outaouais

Des sinistrés des inondations du printemps à Gatineau respirent un peu mieux avec les assouplissements apportés au décret sur les zones inondables, mais de l'inquiétude persiste.

Le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales du Québec, Martin Coiteux, dit avoir tenu compte des critiques et des inquiétudes exprimées par les résidents pendant les consultations publiques dans 15 régions du Québec le 10 juillet. Les rencontres à Gatineau et à Fort- Coulonge, avaient rassemblé plus de 400 personnes.

Le premier décret prévoyait que les résidences dont le coût de rénovation allait dépasser 50 % de la valeur foncière, dans les zones 0-20 ans, allaient devoir être démolies.

Le gouvernement va désormais considérer le coût de la reconstruction totale d'un immeuble ou d'une maison plutôt que sa valeur foncière pour déterminer si l'édifice devra être reconstruit.

Des résidents de Gatineau comme Dominic Lesieur estiment que davantage de maisons dans les quartiers touchés par les inondations pourront ainsi atteindre le seuil de 50 %. Il affirme que pour une maison dont la valeur foncière serait de 126 000 $, la compensation d'environ 60 000 $ n'était pas suffisante pour refaire une fondation hydrofuge comme le gouvernement l'exigeait.

« C'était impossible de se rebâtir. C'est sûr que ça va aider. Les gens vont être capables de rebâtir et garder leur nid. Les gens ne veulent vraiment pas devoir partir de la région », a déclaré M. Lesieur.

Pour Suzanne Tully, les modifications au décret tombent à point. La résidente de Gatineau raconte qu'elle vient d'apprendre que sa maison devrait être démolie, mais selon ses premières analyses, le décret modifié devrait lui permettre de garder sa maison.

D'autres sinistrés demeurent prudents avant de se réjouir. Ils croient que si les modifications peuvent paraître avantageuses sur papier, il faudra attendre avant de conclure que les citoyens en sortiront gagnants puisque plusieurs questions demeurent en suspens.

« Maintenant, on introduit une nouvelle notion, c'est 50 % de la valeur de la remise à neuf de la maison. Ça peut être intéressant, mais encore faut-il savoir ce que ça veut dire, comment ça va être calculé. Est-ce que ça va être plus généreux, moins généreux? », s'est interrogé Philippe Gagnon, un sinistré du secteur Pointe-Gatineau.

Pour Réjean Belcourt, l'annonce du ministre Coiteux ne répond pas vraiment à ce que les citoyens ont exprimé lors des consultations publiques.« Si c'est bonifié, merci Québec, mais moi je prends ça avec un grain de sel puisqu'à toutes les fois où Québec nous donne quelque chose, il nous enlève quelque chose », a-t-il lancé.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, réagira au décret modifié lors d'un point de presse jeudi, à 14 h.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine