Retour

SPO veut un centre de consommation de drogue supervisée permanent rue Clarence, à Ottawa

Santé publique Ottawa (SPO) propose de conserver de façon permanente les services offerts au centre temporaire d'injection supervisée de la rue Clarence, dans la Basse-Ville. SPO propose également de transformer cet endroit en centre de consommation supervisée.

Ces recommandations sont contenues dans un rapport destiné au Conseil de santé d'Ottawa qui sera présenté à sa prochaine rencontre. Les conclusions de SPO sur l'avenir du centre de la rue Clarence sont le résultat de consultations avec la communautés, les employés du centre et les clients, relate le directeur de la protection pour Santé publique Ottawa, Andrew Hendriks.

Outre les services d'injection supervisée, le centre de la rue Clarence offrirait aussi des services aux toxicomanes qui reniflent ou qui ingèrent de la drogue.

Ce centre d'injection supervisée temporaire situé dans la Basse-Ville avait ouvert en septembre afin de répondre à un besoin urgent de service d'injection supervisée autorisé par Santé Canada à Ottawa.

Le seul projet de centre autorisé à ce moment-là, au Centre de santé communautaire de la Côte-de-Sable, tardait à ouvrir. Des bénévoles avaient alors installé un espace illégal dans un parc de la Basse-Ville, ce qui ne faisait pas l'affaire des citoyens.

Depuis, cet espace illégal a fermé, mais l'organisme Santé urbaine Ottawa a ouvert un service d'injection près du refuge des Bergers de l'Espoir. Un autre projet est aussi en chantier dans le quartier chinois.

Un service temporaire utile

Devant l'urgence de la sitaution, le centre de la rue Clarence a dû aménager un espace rapidement pour accueillir des utilisateurs. Si SPO reçoit le feu vert pour devenir un centre permanent, l'une des priorités sera de faire quelques agrandissements pour que les clients restent au centre.

« Une fois que les gens viennent utiliser nos services, ils pourront passer du temps après s’être injecté pour parler avec des infirmières ou des travailleurs social », explique M. Hendriks.

Dans son rapport, SPO indique que depuis son ouverture, le centre temporaire d'injection supervisée de la rue Clarence accueille 174 personnes. Environ 25 personnes s'y présentent tous les jours.

Sa transformation en centre de consommation supervisée devra être approuvée par Santé Canada.

C'est le ministère de la Santé de l'Ontario qui, à titre de bailleur de fonds, devra approuver le maintien de façon permanente du centre de la Basse-Ville.

À moyen terme, SPO souhaiterait aussi offrir des services de prévention de surdose mobiles. Les services de prévention de surdose, contrairement aux centres d'injection supervisée, peuvent être déployés rapidement et temporairement où les besoins se font sentir.

« La consommation de drogue se passe partout à Ottawa, et il faut être en mesure de répondre à la demande s’il y a des noyaux de surdoses à certains endroits », souligne Andrew Hendriks

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles