Retour

SRB : Labeaume veut apprendre des erreurs de Gatineau

« On est au courant de ce qui s’est passé ici, c’est documenté, mais j'ai demandé à Maxime puis à son monde de venir nous en parler parce qu'il a été président de la STO. Alors, je suis désolé, c’est bête à dire, mais vous allez nous aider », a déclaré le maire de Québec, qui était de passage à Gatineau, jeudi, pour parler de diversification économique.

Selon Régis Labeaume, la ville de Québec, qui entend se doter à son tour d’un Service rapide par bus (SRB), est bien placée pour ne pas répéter les erreurs qui ont assombri les débuts de Rapibus.

Le gars qui dirige le Réseau de transport de la capitale [Alain Mercier], il dirigeait le réseau de transport d'Ottawa, puis il est rendu à Québec. Alors il est bien au fait de ce qui s'est passé ici et de ce qui s'est passé à Ottawa par le fait même.

Régis Labeaume

Débuts chaotiques

Lancé en 2013, le service Rapibus a connu des débuts laborieux marqués par des déplacements plus longs, des autobus bondés et des dépassements de coûts. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin assure toutefois que ces problèmes sont maintenant chose du passé.

« Il y a eu des ratés au départ. Il y a eu des choses à corriger, qu'on a corrigées. Ça fait quand même 24 mois consécutifs qu'on a une augmentation d'achalandage. On est en train de transformer ça en succès », s’est-il félicité.

Un « flop »

Régis Labeaume s’est par ailleurs excusé d’avoir qualifié de « flop » le service Rapibus dans une entrevue accordée au Journal de Québec.

« Je ne voulais pas insulter personne, mais on m'a dit que c'était ça. C'est parce que l'opposition me disait ça, me titillait, ça fait que dans ce temps-là, je réponds », a expliqué le maire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards