Retour

Système de paye Phénix : des étudiants en font encore les frais

EXCLUSIF - Des documents internes obtenus par Radio-Canada révèlent que près de 30 % des étudiants qui travaillent pour le gouvernement fédéral ont, eux aussi, des ennuis avec leur paye.

Un texte de Catherine Lanthier

En date du 8 août dernier, 4382 étudiants sur un total d’un peu plus de 15 224, soit 28,8 %, attendaient depuis plus de 30 jours que leur dossier de paye soit traité, ce qui dépasse les normes de service établies par le gouvernement.

Ces données, sur lesquelles Radio-Canada a mis la main, ont été produites pour le groupe ministériel qui doit éliminer les problèmes liés au système Phénix. Elles ont été générées par le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Les universités en sont encore à évaluer les conséquences de cet enjeu de rémunération sur les étudiants, notamment en ce qui a trait à leur capacité à payer leurs droits de scolarité.

Par exemple, à l’Université d’Ottawa, au moins 10 étudiants ont présenté une requête officielle pour obtenir une entente de paiement.

Cependant, ce nombre pourrait changer, selon la gestionnaire des relations avec les médias de l’établissement, Néomie Duval, vu qu'il est encore trop tôt pour dresser un portrait complet de la situation.

Le 8 mars dernier, la sous-ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Marie Lemay, assurait tout mettre en place « pour que les problèmes de paye éprouvés l’an dernier par les étudiants ne se reproduisent pas ».

Des sources au gouvernement suggèrent que ces efforts ont porté des fruits, puisque le nombre d’étudiants aux prises avec des problèmes de paye cette année serait nettement inférieur à celui de l’an dernier.

Il nous est cependant impossible de faire cette comparaison, car le fédéral n’a pas révélé le nombre total d’étudiants touchés par les ratés de Phénix.

À titre d’exemple, des documents obtenus en vertu de la Loi sur l’accès à l’information avaient permis à CBC/Radio-Canada de découvrir que tous les 1659 étudiants embauchés par Parcs Canada à l’été 2016 avaient subi des irrégularités sur leur talon de paye.

Quand un problème est résolu, un autre survient

Les données obtenues par Radio-Canada révèlent également que, tous cas confondus, il est extrêmement difficile pour le gouvernement fédéral de se sortir la tête de l’eau.

Bien que les employés du Centre des services de paye de la fonction publique à Miramichi parviennent à clore des dizaines de milliers de cas lors de chaque période de paye, des dizaines de milliers d’autres apparaissent aussitôt.

Par exemple, lors de la paye du 26 juin, le Centre est arrivé à clore 42 463 cas au moment même où 27 550 autres survenaient.

Le nombre de nouveaux cas a par la suite continué de croître pour atteindre 35 857 le 25 juillet, comparativement à 28 381 cas résolus lors de cette même période de paye.

Les documents destinés au Secrétariat du Conseil du Trésor révèlent aussi que, depuis le mois de mai, le fédéral a procédé à près de 4000 avances de salaire d’urgence et paiements prioritaires.

Radio-Canada publie les données

Grâce à ces données obtenues en exclusivité, Radio-Canada dévoilait la semaine dernière que 156 000 fonctionnaires fédéraux sont touchés par les ratés de Phénix, soit près de la moitié de la fonction publique au pays.

Pour la première fois, il a donc été possible de saisir l’ampleur des failles du système de paye qui rémunère toute la fonction publique fédérale.

Malgré ces données, le gouvernement continue de refuser de révéler le nombre total de personnes touchées lors de ses mises à jour en ligne.

Encore aujourd'hui, le fédéral parle plutôt de « mouvements de paye » ou de « transactions ».

En date du 23 août, 237 000 « mouvements excédant la charge de travail normale » avaient été rapportés par le ministère des Services publics et de l’Approvisionnement.

Les représentants syndicaux et les partis d’opposition à Ottawa dénoncent cette terminologie, estimant qu’elle est incompréhensible et qu’elle manque de transparence.

Afin de répondre à la demande générale, Radio-Canada reproduit les « tableaux de bord » produits par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine