Retour

Texter au volant? Dangereux et irresponsable selon de plus en plus d'adolescents

Le nombre d'adolescents qui font usage de leur téléphone en conduisant serait en diminution, en grande partie à cause de la perception que cela est dangereux et irresponsable, selon une étude.

Le responsable principal de cette enquête, Sean Tucker, est professeur associé à l'Université de Regina. Il affirme que le nombre de jeunes qui reconnaissent utiliser leurs téléphones parfois ou souvent en conduisant est passé de 27 % en 2012 à 6 % en 2014.

Les résultats ont été obtenus à la suite d'une étude portant sur 6133 adolescents en 2012 et 4450 jeunes en 2014, la plupart en Ontario.

M. Tucker et son coauteur, Simon Pek, chercheur à l'Université Simon Fraser, ont aussi demandé aux adolescents la raison pour laquelle texter au volant a moins la cote.

« La raison principale de cette diminution est la perception du danger et du caractère irresponsable associé à cette pratique », soutient Sean Tucker.

Les jeunes répondants citent aussi les lois et les amendes qu'ils encourent s'ils se font pincer. Ils évoquent par ailleurs les accidents ou les situations qu'ils ont pu observer.

Conduire en textant est considéré comme une distraction au volant.

En Ontario, le gouvernement a récemment durci sa réglementation, avec des amendes pouvant aller jusqu'à 1000 $, en plus de l'imposition de trois points d'inaptitude.

Le Québec a fait de même en 2014, la pénalité est passée de trois à quatre points d'inaptitude pour les conducteurs fautifs.

Texter au volant est interdit en Saskatchewan depuis 2010, mais la province a décidé l'an dernier de durcir le ton envers les récidivistes : ces derniers risquent de voir leur véhicule saisi pendant sept jours.

Plus d'articles

Commentaires