Retour

Thérèse Gauvreau avait un« grand coeur », selon son cousin

Thérèse Gauvreau, la dame de 83 ans qui a été assassinée, mercredi, dans sa résidence, avait un « grand cœur », d'après son cousin Gaétan Duguay, qui s'est confié à Radio-Canada, jeudi soir.

« C’est une cousine qu’on aimait beaucoup, gentille, aimable, souriante, chaleureuse, qui nous rappelle de bons souvenirs, chez qui on allait souper à l’improviste et qui nous gardait de force », s’est rappelé M. Duguay.

M. Duguay a rappelé l’importance de sa grande famille dans la région, la qualifiant de « famille pionnière de l’Outaouais ». La victime était d’ailleurs la femme du fondateur de l’entreprise Pavage Gauvreau. Elle laisse dans le deuil des enfants et des petits-enfants.

« Ce sont des gens qui sont proches, qui sont généreux, des employeurs dans la région de l’Outaouais, qui font vivre plusieurs familles », a-t-il souligné.

M. Duguay s’est dit bouleversé par les circonstances de sa mort.

On ne souhaite sûrement pas finir nos jours de cette façon-là. Et Thérèse, de ce qu’on peut voir, ça n’a sûrement pas été facile.

Gaétan Duguay

Le cousin de la victime estime que le deuil ne « se fermera pas facilement » pour la famille, étant donné qu’un procès aura vraisemblablement lieu. « On est tous dévastés. Dans des circonstances comme celles-ci, on se doit de donner aux membres de la famille tout le support qu’ils souhaiteront », a-t-il affirmé.

M. Duguay s’est aussi interrogé sur l’état mental de l’accusé, qui doit subir une évaluation psychologique pour déterminer s’il est apte à subir un procès. « Comment se fait-il, s'il souffrait de maladies mentales, qu'il était en liberté? », a-t-il émis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine