Retour

Touche finale au parcours du Red Bull Crashed Ice à Ottawa

Le parcours du Red Bull Crashed Ice à Ottawa est presque complété. Il ne manque que la glace et les meilleurs patineurs extrêmes de la planète pour que commence l'un des événements phares des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Un texte de Kim Vallière

Cent quinquante travailleurs s'affairaient jeudi à compléter la piste en vue de la finale du Championnat du monde Ice Cross Downhill les 3 et 4 mars. Le parcours part des abords du Château Laurier, passe dans les écluses du canal Rideau, pour une conclusion près de la rivière des Outaouais.

La piste d'une longueur de 375 mètres possède une dénivellation de 35 mètres. Les compétiteurs atteindront des vitesses de pointe d'environ 70 km/h.

Les athlètes feront une chute de quelques mètres de haut en début de parcours, question d'augmenter leur accélération dès les premiers mètres. Six autres obstacles, comme des sauts et des montées, parsèment le reste de la piste.

La dernière portion de la descente, plus technique, risque de donner du fil à retordre aux participants.

« La piste n'a jamais été essayée. Chaque parcours est différent et est construit juste avant l'événement », explique Patrice Drouin, président de Gestev, la firme qui s'occupe de l'organisation de l'événement.

Les patineurs pourront marcher le long des bandes et effectuer quelques descentes d'entraînement en plus des qualifications. « Ils vont analyser la piste et la mémoriser, comme les autres athlètes le font dans les sports de descente », poursuit M. Drouin, qui était aussi en charge du Red Bull Crashed Ice de Québec.

Plus de 20 000 personnes sont attendues sur le site pour la grande finale le samedi soir.

De la glace, même avec le temps doux

Les organisateurs l'assurent, le Red Bull Crashed Ice d'Ottawa aura bel et bien lieu, peu importe les conditions météorologiques. Un système de refroidissement composé de nombreux tuyaux est mis en place pour assurer la conservation de la glace.

« De l'eau salée circule dans le système. On descend la température à -14°C et on peut faire de la glace avec une température extérieure jusqu'à 15°C », explique M. Drouin, qui ajoute que la pluie ne nuit pas non plus à la qualité de la surface.

« La pluie et le système de refroidissement font que la glace se construit naturellement. La pluie n'est pas un cauchemar, mais nous aimerions mieux avoir de la neige pour avoir un beau décor blanc », dit-il.

Une équipe de 20 travailleurs arrosera les tapis réfrigérés avec une fine vapeur d'eau 24 heures par jour dès vendredi soir pour créer la surface glacée.

Un projet qui germe depuis neuf ans

Pour Guy Laflamme, le directeur exécutif d'Ottawa 2017, la tenue du Red Bull Crashed Ice dans la capitale est un rêve de longue date. Il a commencé à courtiser Gestev et Red Bull après avoir assisté à l'événement à Québec. Il a proposé plusieurs scénarios, notamment celui de couvrir les écluses ou d'installer une portion du parcours dans le parc Major, derrière le Château Laurier.

Il est fier du coup qu'il a réussi en convainquant tous les partenaires de contribuer au projet. « C'était beaucoup de stress de les persuader d'embarquer dans ce projet audacieux, d'avoir ce parcours dans un site patrimonial de l'UNESCO. »

Plus d'articles