Retour

Toujours pas de changements sur l'autoroute 50 pour améliorer la sécurité

Alors que le ministère des Transports est à installer des glissières de béton à Mirabel sur l'autoroute 50, où de nombreux accidents mortels se sont produits, aucun échéancier n'est encore précisé pour les travaux recommandés près du chemin Lépine, lui aussi théâtre de graves collisions.

En novembre 2014, un coroner avait souligné que la route n'est pas éclairée dans ce secteur, même si une bande rugueuse sépare les deux voies.

Il recommandait au ministère des Transports du Québec (MTQ) de revoir la problématique de cette portion de l'autoroute comprise entre les kilomètres 160 et 174, qui a été le théâtre de plusieurs accidents mortels depuis des années.

Un an et demi plus tard, rien n'a encore changé. Mais le député de Papineau, Alexandre Iracà, réitère qu'il faut être patient.

Le député promet que les recommandations du coroner seront suivies à la lettre. « Ce qui est marqué dans le rapport, c'est ce qui va se transposer dans les réalisations et c'est ce qu'on va faire très bientôt », soutient-il.

Est-ce que les correctifs qui seront apportés iront plus loin que de l'éclairage? Bien des résidents du secteur de Buckingham rencontrés par notre journaliste réclament encore que l'autoroute soit élargie à quatre voies.

Même son de cloche pour le conseiller du secteur, Martin Lajeunesse.

« On se rappellera quand ils ont fait l'autoroute 50, il fallait qu'il y ait 10 000 véhicules qui passent par jour [pour élargir] », explique-t-il. « Je serais curieux de voir combien de véhicules y passent par jour. Avec les nombreux accidents, il faut que le ministère apporte des correctifs. »

L'élargissement n'est toujours pas dans les plans du gouvernement du Québec, mais le député Iracà assure qu'il ne ferme pas la porte.

Selon les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine