Retour

Tous les policiers et pompiers de l'Ontario auront des trousses de naloxone

Le gouvernement libéral va munir les services de police et d'incendie de la province de naloxone pour sauver la vie de ceux qui sont intoxiqués par des opioïdes. Il invoque une crise de santé publique.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

Selon de nouvelles données du Bureau du coroner de l'Ontario, 336 Ontariens ont succombé à une surdose d'opioïdes dans la province de mai à juillet 2017, comparativement à 221 pour la même période de l'année en 2016. Il s'agit d'une augmentation de 68%.

De juillet à septembre 2017, les services d'urgence ont rapporté 2449 visites dans un hôpital de la province pour des surdoses. C'est une hausse de 115% par rapport à la même période l'an dernier.

Le ministre Hoskins ne parle toutefois pas d'un « état d'urgence », mais d'une « crise de santé publique sévère ».

L'âge moyen des personnes décédées était de 41 ans; plus de la moitié d'entre elles appartenaient au groupe d'âge des 25-44 ans. Les trois quarts des victimes étaient des hommes.

Dans 39% des cas, une seconde personne était présente au côté du toxicomane qui mourait d'une surdose, mais ne savait quoi faire pour lui venir en aide.

La naloxone est un médicament qui peut contrer temporairement une surdose d'opioïdes comme le fentanyl. Des trousses gratuites sont déjà disponibles dans des pharmacies participantes et auprès d'organismes communautaires et de santé admissibles.

La province estime toutefois que la crise est si aigüe qu'il faut désormais doter les services de police et d'incendie de trousses de naloxone. « Cela permettra un meilleur accès à un antidote précieux pour sauver des vies », souligne la ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Marie-France Lalonde.

Ces trousses seront dorénavant disponibles dès le début de la nouvelle année sur une base volontaire dans des services de police et d'incendie municipaux, en ville comme en région, dans le sud comme dans le nord et dans les réserves autochtones.

Le gouvernement fédéral a en outre accepté la requête du ministre Hoskins d'accroître les pouvoirs de la province en matière de lutte contre le fléau.

L'Ontario est maintenant en mesure d'obtenir une exemption de Santé Canada pour créer et financer des centres temporaires de prévention des surdoses d'opioïdes sur son territoire.

La province a déjà débloqué 220 millions de dollars pour sa lutte contre les opioïdes.

Plus d'articles

Commentaires