Retour

Train à vapeur Masson-Montebello : le comité de relance aura un délai supplémentaire

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO) accordera un délai supplémentaire de 60 jours au Comité de relance du train à vapeur Masson-Montebello. Mais les critères à respecter seront exigeants.

Le conseil d'administration de la CCFO doit se réunir, demain matin, pour entériner l'autorisation du délai et valider les critères qui seront imposés au Comité de relance.

Les membres de ce dernier seront ensuite prévenus par courrier, d'ici à mardi prochain.

Radio-Canada a pu confirmer que ce délai de 60 jours sera la seule extension possible pour finaliser le plan d'affaires.

Le groupe présidé par le conseiller Marc Carrière devra trouver un investisseur, qui sera aussi l'opérateur du train et s'occupera de la gestion.

Pour s'assurer du sérieux de ce dernier, la CCFO exigera le dépôt d'une garantie financière de 100 000 $.

Le Comité de relance devra en outre signer une entente formelle avec la Compagnie de chemin de fer Gatineau-Québec pour l'utilisation des rails. Cet accord est fondamental pour permettre la relance du train.

Reste la question de l'identité des partenaires régionaux et du montant qu'ils sont prêts à investir.

Dans le plan d'affaires, leur engagement représente 450 000 $, mais rien n'a été confirmé pour le moment avec Ottawa, Québec ou Gatineau.

Si ces critères ne sont pas satisfaits dans 60 jours, l'avenir du petit train à vapeur sera compromis. La CCFO envisagerait de le mettre en vente, en privilégiant des investisseurs locaux.

Plus d'articles

Commentaires