Retour

Train léger à Gatineau : le maire est loin d'avoir l'appui des conseillers indépendants

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin veut obtenir du conseil municipal un accord de principe sur le projet de train léger vers le secteur d'Aylmer, mais il ne recueille pas beaucoup d'appuis parmi les conseillers indépendants.

Un texte de Chantal Payant

Dans le quotidien Le Droit, Maxime Pedneaud-Jobin a soutenu qu'il y a urgence à enclencher des discussions avec ses partenaires dans ce dossier au fédéral et au provincial. Il souhaite par exemple saisir la balle au bond avec le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, André Fortin, qui est aussi député de la circonscription de Pontiac.

Le maire peut compter sur l'appui des six conseillers d'Action Gatineau, mais un survol de la position de certains conseillers indépendants sur la question montre toutefois que cet accord de principe sur le projet, n'est pas dans la poche.

Tous les six conseillers à qui nous avons parlés sont d'accord à ce que l'option du train léger, comme lien rapide vers le secteur d'Aylmer, soit étudiée et analysée. Mais peu de conseillers sont prêts à endosser sans réserve cette option à ce stade-ci.

C'est le cas des conseillères Louise Boudrias, Audrey Bureau et Nathalie Lemieux, ainsi que des conseillers Pierre Lanthier et Gilles Carpentier.

Seul le conseiller du district du Versant, Daniel Champagne, s'est prononcé clairement pour le train léger à Gatineau, affirmant que le maire avait besoin rapidement de la position du conseil dans ce dossier.

M. Champagne a souligné le travail important de rapprochement entre les deux villes, en matière de transport collectif, effectué ces dernières années par le maire et par son collègue et président de la Société de transport de l'Outaouais (STO), Gilles Carpentier.

« Donc, maintenant aujourd'hui on se retrouve avec une volonté d'avoir une technologie semblable des deux côtés de la rive. Pour moi c'est absolument essentiel de s'aligner avec ces priorités-là », affirme M. Champagne.

Oui à des discussions exploratoires

La conseillère du district d'Aylmer, Audrey Bureau, a indiqué qu'elle était favorable à ce que le maire et la STO entament des discussions avec tous les acteurs clés dans ce dossier, entre autres, les députés et ministres fédéraux et provinciaux. Elle veut également parler à tous les interlocuteurs dans le dossier avant de se prononcer sur la question.

Mme Bureau a précisé que le dossier va accaparer son attention étant donné que le transport en commun « va être l'enjeu prioritaire pour les gens de l'ouest au cours des prochaines années ».

Les conseillers Pierre Lanthier et Louise Boudrias affirment qu'il faut évaluer cette option, mais qu'il s'agit d'une option parmi d'autres.

Un peu bousculée

La nouvelle conseillère du district de Touraine, Nathalie Lemieux, trouve que le maire va un peu trop vite en affaires.

« Nous, on est élu depuis seulement 48 heures », souligne Mme Lemieux qui ajoute que, comme dans tout nouvel emploi, « il y a des choses qu'on doit apprendre avant d'avoir la possibilité de prendre des décisions aussi importantes que celle qu'on nous demande [concernant le train léger]. »

Mme Lemieux espère que le maire va lui permettre « de bien faire les choses. »

La charrue devant les boeufs

Le conseiller Gilles Carpentier craint que la démarche du maire, de vouloir un vote d'ici quelques semaines sur le train léger à Gatineau, ne torpille le travail entrepris par la STO au ministère des Transports (MTQ).

Gilles Carpentier rappelle que la Ville attend toujours du MTQ l'approbation de son étude d'opportunité sur les options de liens rapides vers Aylmer. Cette étude analyse entre autres l'option d'un lien rapide sur rail.

M. Carpentier soutient qu'il serait prématuré pour le conseil de se prononcer à ce stade-ci sur l'option du train léger, puisque d'autres études d'ingénierie plus poussées doivent être réalisées pour en déterminer la faisabilité.

Mais le conseiller souligne du même souffle que Gatineau « a besoin de mieux s'arrimer avec Ottawa [pour le transport en commun]. »

« On ne peut pas passer à côté d'une analyse sérieuse sur la faisabilité d'un train léger à Gatineau, surtout quand le conseil municipal d'Ottawa nous a tendu la perche en disant : ''nous autres on veut venir sur votre territoire'' », a déclaré M. Carpentier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine