Retour

Triple meurtre à Ottawa : Ian Bush admet que le poil retrouvé est le sien

Au procès d'Ian Bush, accusé du meurtre de l'ex-juge Alban Garon, de sa femme et de leur amie, jeudi, la défense a déposé en cour une déclaration écrite qui confirme que le poil retrouvé sur les lieux du crime, en juin 2007, est bel et bien celui de l'accusé.

Un texte de Thomas Gaudreault et Laurie Trudel

Cet aveu a précédé le témoignage de l’experte en analyse de cheveux, de poils et de fibres du Centre des sciences judiciaires de Toronto, Christine McCarthy.

Questionnée par la Couronne, l’analyste a indiqué que les seules explications plausibles pour qu’un poil de M. Bush se soit retrouvé chez les Garon sont que l’accusé ait été en contact direct avec l’une des victimes à l’intérieur ou à l’extérieur de l’appartement, ou qu’il se soit rendu lui-même sur les lieux.

Un autre individu précédemment soupçonné

Précédemment, le témoignage d’un technicien en identité judiciaire a permis d’apprendre que M. Bush ne pouvait être exclu comme source de l’ADN retrouvé dans une tache de sang dans le salon du couple Garon.

Le témoignage de l’enquêteur en chef, jeudi, a confirmé qu’un autre individu, Antony Thavaratnam, ne pouvait lui aussi être exclu comme source de l’ADN.

Le Service de police d’Ottawa a cependant retiré les soupçons qui pesaient contre lui après l’avoir interrogé.

Prochaine étape du procès

Un biologiste expert en analyse d’ADN doit être appelé à la barre des témoins, vendredi matin, au palais de justice d’Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine