Des dizaines d'entrepreneurs de la région ont participé à la quatrième Foire des entrepreneurs interculturels de l'Outaouais, dimanche.

L'évènement se voulait une vitrine pour les entrepreneurs ainsi qu'un lieu de réseautage et de pratique sur les défis et les astuces.

Parmi ces entrepreneurs, trois d'entre eux ont accepté de nous raconter leur histoire.

Le défi de la langue

L'un des obstacles les plus communs lorsqu'une personne immigre à Gatineau, c'est le défi de la langue. Une épreuve qu'a su surmonter Jaime Baquero, président de la quatrième Foire.

Gatineau, ville d'affaires pour les entrepreneurs culturels?

La ville de Gatineau est souvent reconnue comme une ville d'affaires, mais c'est également le cas pour les nouveaux arrivants, aux dires de Gisleide Burock, propriétaire de L'assiette de dessert et Sami Arous, propriétaire Ultime Sport. Toutefois, dans un monde où la concurrence est forte, les entrepreneurs et ceux qui veulent le devenir doivent souvent faire leurs preuves eux-mêmes.

« On est bien entouré »

S'il avait des conseils à donner aux nouveaux arrivants qui songent à se lancer en affaire, Samis Arous suggère aux gens de suivre des formations, surtout qu'à Gatineau, les gens sont « bien entourés ». Par exemple, des institutions, comme des banques, offrent certains programmes afin que les futurs entrepreneurs aient un point de départ.

Les organisateurs voulaient susciter de l'intérêt chez les nouveaux venus avec la foire. Ils estiment que la création de petites entreprises peut non seulement être un moyen de s'intégrer à l'économie, mais également à la société canadienne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine