Retour

Un ado de Pembroke récolte une facture salée en jouant sur Xbox

Un père de famille de Pembroke met en garde les parents contre les habitudes de jeux de leurs enfants, après avoir reçu une facture de près 8000 $ pour des dépenses reliées à des jeux sur la console Xbox.

Le 23 décembre dernier, Lance Perkins a reçu un compte de carte de crédit de 7 625 $. Son fils de 17 ans avait utilisé sa carte pour faire des achats en ligne pour les volets payants d'un jeu de soccer sur Xbox.

Le père précise qu'il avait donné son numéro de carte de crédit à son fils pour qu'il l'utilise en cas d'urgence ou pour faire des achats pour le dépanneur familial.

Même si son fils a reconnu avoir utilisé la carte sans permission, ce dernier s'est montré très étonné du montant qu'il avait dépensé. « Il pensait qu'il s'agissait d'un seul paiement pour le jeu  [traduction libre] », explique le père. Il ajoute que son fils n'a jamais pensé qu'un montant serait déduit chaque fois qu'il jouait.

Le père a contacté sa compagnie de crédit, qui ne peut rien faire à moins qu'il porte plainte pour fraude contre son fils.

M. Perkins a donc contacté Xbox par courriel. L'entreprise lui a répondu que la facture était valide. Lorsqu'il a expliqué que son fils était mineur, elle a répondu qu'elle allait étudier le dossier. La famille n'a toutefois pas reçu de nouvelles depuis.

Un problème fréquent

Ce genre de mésaventure se produit fréquemment au Canada et ailleurs dans le monde, selon John Lawford, directeur administratif du Centre pour la défense de l'intérêt public (PIAC) à Ottawa.

En général, les jeux vidéo offrent aux joueurs la possibilité d'acheter des niveaux, des options ou des personnages supplémentaires. « Parfois, il est clair que vous payez avec de l'argent réel, mais ce n'est pas toujours le cas [traduction libre] », souligne M. Lawford.

Il est impossible de savoir le nombre total de cas semblables au Canada, puisque rien ne force les consommateurs à les signaler.

Aux États-Unis, des cas de factures exorbitantes liées à des jeux vidéo ont fait l'objet de plaintes auprès de la Federal Trade Commission, qui protège les consommateurs contre les pratiques trompeuses et non compétitives, rapporte M. Lawford.

Peu de lois sont en place pour protéger les consommateurs canadiens, précise le directeur du Centre pour la défense de l'intérêt public. Il invite donc les parents à se renseigner sur le type de jeu auquel s'intéressent leurs enfants et les achats qu'on peut y faire.

Microsoft, propriétaire de Xbox, a refusé les demandes d'entrevue de CBC dans ce dossier. Toutefois, l'entreprise précise que des paramètres de la console Xbox permettent de prévenir l'achat d'options en ligne sans l'autorisation des parents pour les joueurs mineurs.

Avec CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine