Retour

Un agent du Service de police d'Ottawa réclame des changements sur la réglementation des vitres teintées

Un agent du Service de police d'Ottawa fait certaines pressions afin que les lois ontariennes au sujet des vitres teintées soient mise à jour, après 26 ans.

Le sergent Mark Gatien exhorte la province à adopter des lois semblables à celles du Québec et il débattra du sujet lundi soir, devant la Commission des services policiers d'Ottawa.

Les lois ontariennes « vagues et problématiques »

Les policiers québécois utilisent un photomètre, qui permet de tester le degré d'opacité d'une vitre.

Dans la belle province, les conducteurs qui se font pincer peuvent recevoir des contraventions allant de 154 $ à 274 $.

Tout comme dans la majorité des provinces, il faut que les pare-brise avant des voitures laissent passer au moins 70 % de la lumière.

Le rapport soumis à la Commission des services policiers demande à son président, Eli El-Chantiry, d'écrire au ministre des Transports de l'Ontario afin d'exiger une modification de la Loi sur la route.

La modification demandée permettrait aux agents policiers de l'Ontario à utiliser eux aussi des photomètres et donner des amendes si les fenêtres ne répondent pas au seuil de 70 %.

Ce serait une mise à jour bénéfique à la législation actuelle de l'Ontario, qui est « vague et problématique », indique le rapport.

« Cela peut conduire à des difficultés à obtenir des condamnations en justice », poursuit le rapport.

La dernière mise à jour des lois de la province autour des fenêtres de voiture teintées était en 1990. 

Selon un texte de CBC

Plus d'articles

Commentaires