Retour

 Un aîné du Nunavut hébergé dans un centre d’Ottawa, alors que sa famille le croyait mort

Un aîné du Nunavut, qui manquait à l'appel depuis plusieurs années et que sa famille croyait mort, a été retrouvé bien vivant dans une résidence pour personnes âgées d'Ottawa, à des milliers de kilomètres de chez lui.

Tommy Partridge est originaire de Rankin Inlet, une communauté du Nunavut situé sur le bord de la baie d'Hudson, au nord du Manitoba. Il n'avait pas donné signe de vie à ses proches depuis 2008.

La dernière fois où sa famille, qui habite à Kuujjuaq, au nord du Québec, a eu de ses nouvelles, c'était pour apprendre « qu'il sombrait tout doucement dans la maladie d'Alzheimer », affirme Patricia York, une parente.

Après le décès de la femme de M. Partridge, il y a deux ans de cela, les mises à jour concernant son état de santé ont fini par se tarir.

« Il a eu du mal à gérer son deuil », croit Mme York. « Personne ne pouvait nous dire comment il se portait ou s'il était vivant. »

À partir d'une photo sur Facebook

La fin de semaine dernière, une publication avec la photo de l'aîné est apparue sur le fil d'actualité Facebook de Patricia York.

Il était aussi mentionné qu'il vivait à la maison de retraite Embassy West Senior Living, au 1400 de l'avenue Carling, à Ottawa. Mme York a alors envoyé le cliché au frère de M. Partridge, un aîné âgé de 76 ans.

« Il était très touché et surpris de le savoir encore vivant », indique-t-elle. Cette dernière ne sait pas comment l'homme s'est retrouvé dans la capitale nationale, mais des démarches seront entamées pour le ramener auprès des siens.

Une employée de la maison de retraite a indiqué à Radio-Canada que seule la personne responsable du dossier au Nunavut pouvait aider à résoudre ce mystère, mais les services sociaux du territoire fédéral étaient fermés, vendredi, à cause d'un blizzard.

Tout est parti d'une visite

Manitok Thompson était en visite à la maison de retraite Embassy West Senior Living, dimanche dernier, quand elle a reconnu son vieil ami de Rankin Inlet.

« Ce qui m'a le plus dérangé, c'est qu'il avait l'air d'être un homme vraiment seul. Je me suis demandé pourquoi il était là », explique-t-elle.

Cette femme est aussi pasteure bénévole à Larga Baffin, une résidence pour les patients inuits qui reçoivent des soins dans la capitale nationale.

Mme Thompson affirme que les personnes provenant de Rankin Inlet se rendent en général à Winnipeg, quand les services dont ils ont besoin ne sont pas disponibles chez eux, d'où sa surprise quand elle a découvert Tommy Partridge.

Elle a décidé de poster une photo sur les médias sociaux, en espérant que telle une bouteille à la mer, elle finirait par rejoindre des proches du vieil homme.

« À ce moment-là, je ne savais pas que sa famille avait perdu le contact avec lui », soutient-elle.

Moins d'un jour plus tard, Manitok Thompson a appris que les membres de la famille de M. Partridge n'avaient pas eu de ses nouvelles depuis plusieurs années et qu'ils le croyaient mort.

« J'ai alors commencé à pleurer en me demandant comment cela avait pu arriver. Si je n'étais pas allé à la résidence, est-ce qu'il y serait mort? Cela m'a beaucoup secoué », admet-elle.

D'après un reportage de CBC

Plus d'articles

Commentaires