Retour

Un ancien receveur de la LCF entend donner son cerveau à la science

Ken Evraire, qui a joué dans la Ligue canadienne de football (LCF) de 1988 à 1997, a décidé de donner son cerveau à la science, après sa mort, afin d'aider à faire progresser la recherche sur l'encéphalopathie chronique traumatique (ECT).

M. Evraire a occupé le poste de receveur dans les équipes de la Saskatchewan, d'Hamilton et d'Ottawa. Âgé aujourd'hui de 52 ans et vivant à Ottawa, il affirme avoir subi au moins deux commotions cérébrales importantes au cours de sa carrière.

Même s'il se sent bien physiquement, il remarque qu'il a des pertes de mémoire à court terme.

« Je peux descendre le matin et, arrivé en bas, me rendre compte que j'ai oublié ma montre dans ma chambre. Je vais remonter la chercher, mais une fois rendu en haut, je ne me souviens plus du tout pourquoi je suis monté et c'est frustrant », a expliqué le père de famille de trois enfants.

M. Evraire prend très au sérieux l'encéphalopathie chronique traumatique (ECT), une maladie dégénérative qui peut toucher les personnes ayant subi des coups violents répétés à la tête. Les joueurs de football sont des personnes à risque de développer la maladie.

L'ECT peut causer toutes sortes de problèmes de santé, comme des pertes de mémoire, de la dépression et de la démence.

« Il y a beaucoup d'athlètes, beaucoup de personnes qui ont subi de multiples commotions et qui n'ont aucun symptôme de l'ECT », a fait toutefois remarquer M. Evraire.

Le mois dernier, le Journal of the American Medical Association publiait un article sur les résultats d'une recherche sur le cerveau de 202 anciens joueurs de football décédés.

Ce sont 177 d'entre eux, soit 90 % des cerveaux examinés, qui étaient atteints de l'ECT. De ce nombre, sept des huit cerveaux d'anciens joueurs de la LCF étaient atteints, tout comme 48 des 53 cerveaux de joueurs collégiaux américains et trois des 14 cerveaux de joueurs du niveau secondaire.

Plus d'articles

Commentaires