Retour

Un autre travailleur avait déjà été blessé sur le chantier de Claridge 

Au lendemain de la mort d'Olivier Bruneau, un jeune travailleur de 25 ans qui est décédé après avoir été heurté par un énorme bloc de glace qui s'est détaché de la paroi du puits où il y travaillait, le ministère du Travail de l'Ontario révèle que ce n'est pas la première fois que ça se produit sur le chantier.

Un texte de Jérémie Bergeron

Les agents du ministère du Travail de l'Ontario (MTO) ont dû intervenir une autre fois le 5 février dernier. Le scénario était semblable, un travailleur a été blessé parce qu'il avait été frappé par un morceau de glace. Cette fois, il s'en était sorti avec des blessures mineures.

À la suite de cet incident, le MTO a donné neuf directives au constructeur, Claridge Homes. Parmi celles-ci, le ministère demande de « [...] soumettre un plan qui devra être révisé par le ministère du Travail sur la façon dont le constructeur entend enlever l'accumulation de glace sur les parois de l'excavation [...] ».

Jeudi, devant les lieux du drame, plusieurs personnes sont venues déposer des fleurs à la mémoire de la victime.

La FTQ Construction inquiète

L'incident de mercredi laisse plusieurs questions sans réponse et fait réagir de l'autre côté de la rivière, à la FTQ Construction de l'Outaouais.

Selon son président, Yves Cloutier, il n'est pas rare de voir des entrepreneurs résidentiels faire preuve de laxisme et des employés eux, préfèrent se taire, de peur de représailles.

« Il y a en [des entrepreneurs] pour qui c'est plus important de terminer la job et faire plaisir à son boss en haut que d'écouter ceux-là qui sont sur le chantier », poursuit-il.

Un site web qui dénonce Claridge

Par ailleurs, on peut trouver sur le web un site qui remet en question la sécurité sur les chantiers de l'entreprise. Sur la page s'y retrouvent des photos qui semblent provenir du chantier, prises au cours des dernières semaines. Sur le site, on dénonce le manque de mesures de sécurité.

Lorsque la conseillère du quartier, Catherine Mckenney, a été mise au fait aujourd'hui de l'existence du site web, elle s'est assurée que le lien ait été envoyé au ministère du Travail, qui le considère maintenant comme un élément de preuve dans son enquête.

Une enquête du ministère du Travail de l'Ontario, à laquelle contribue la police d'Ottawa, a été lancée mercredi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine