Retour

Un autre vote en faveur du projet de cimenterie à L'Orignal

Plus d'une centaine de personnes, en grande majorité contre le projet de cimenterie de Colacem à L'Orignal, ont assisté à une réunion spéciale des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), mercredi matin.

Les membres du regroupement Action Champlain, qui continuent de clamer haut et fort leur opposition au projet d'usine du cimentier Colacem, attendaient les maires des CUPR.

« Il y a certains maires qui s'en lavent les mains parce que cela ne concerne pas leur région en particulier », a réagi une résidente de L'Orignal, Hélène Demers.

Les maires de l'ouest avaient en effet pris une décision favorable à l'égard de la compagnie en janvier dernier.

Parmi eux, le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, ne changera pas d'avis. Il appuie toujours la demande de Colacem.

« Je n'ai pas fini de parler! Si vous voulez parler d'agriculture, je peux vous montrer des portraits à quoi ressemble l'agriculture autour d'un plant de ciment », a-t-il commenté.

Le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, qui appuie lui aussi la demande de la compagnie, dit s'être fait apostropher par un citoyen.

« J'ai reçu un téléphone la semaine me disant que j'étais un imbécile », a-t-il raconté. « Aux Comtés, nous sommes une gang d'imbéciles, de tatas qui ne connaissent rien. »

Entre-temps, le verdict de l'urbaniste des Comtés unis, Louis Prévost, demeure le même.

« Je maintiens ma recommandation d'approuver la modification numéro 30 au Plan officiel des Comtés unis », a-t-il annoncé, sous les huées.

Avant le vote, la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, a demandé à ses collègues de bien réfléchir.

« Nous avons des commerces, nous avons des industries, petites et moyennes industries dans la région qui nous disent : "Non. On ne veut pas l'avoir" », a-t-elle souligné.

Certains citoyens ont été ramenés à l'ordre par le président des Comtés unis et maire du Canton de Champlain, Gary Barton.

« Si vous n'êtes pas d'accord, je comprends bien », a-t-il dit. « Mais c'est un débat entre les membres du conseil. »

Finalement, les maires ont tranché. Ils maintiennent tous leur position initiale. Comme la dernière fois, le vote a été favorable à la compagnie.

« Nous sommes heureux de la décision », a réagi le chargé de projet chez Colacem, Marc Bataille. « Nous sommes aussi heureux d'avoir su bien répondre aux préoccupations de la majorité des maires. »

De son côté, le porte-parole d'Action Champlain, André Chabot, était dans tous ses états.

« Soudainement, tu as un peuple qui se manifeste, qui se prononce, qui se mobilise pour parler à leurs maires », a-t-il réagi. « Et les maires, ça leur passe six pieds par-dessus la tête. »

Les citoyens et la compagnie se retrouveront de nouveau le 1er septembre prochain, cette fois-là devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario.

D'après le reportage de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine