Ils seront trois de la Troupe LOL à se produire, jeudi soir, en première partie du spectacle de Stéphane Rousseau dans le cadre du Festival de la curd. Rencontre avec Justin Chenier, l'un de ces jeunes humoristes en herbe qui montera sur scène à Saint-Albert, dans l'Est ontarien.

Un texte d'André Dalencour

Même s’il n’a que 17 ans, Justin Chenier a déjà une quarantaine de spectacles derrière la cravate. Cela étant dit, jamais il ne s’est présenté pour faire rire un public aussi nombreux.

« J’ai appris à vivre avec le stress un petit peu. La seule chose qui me stresse en ce moment, c’est que l’année passée, il y avait eu 2000 personnes, mais cette année ils en attendent plus que ça », confie le jeune homme qui vient du secteur d’Alfred-Plantagenet.

Cela va maintenant faire quatre ans que Justin Chenier « fait » de l’humour. C’est la troisième fois qu’il participe au concours LOL et ce fut la bonne : il est l’un des grands gagnants de la troisième saison.

La Troupe LOL, un tremplin

Le concours est ouvert à tous et chaque participant reçoit une formation de douze heures offertes par des professionnels. Ceux qui se rendent plus loin dans la compétition bénéficient ensuite de six heures avec un entraîneur.

Cette année, la centaine de participants provenaient de tout l’Est ontarien, de la grande région de Toronto et de Hearst, dans le nord de la province.

« C’est toujours quelque chose qui m’a intéressé, l’humour. Ce qui fait que je me suis dit que c’est une belle [sic] opportunité à mon âge de faire ça », explique Justin Chenier à propos de sa participation à ce projet.

Après avoir terminé en troisième position du concours 2017, il a été invité à se joindre à la Troupe LOL. Cette dernière a notamment présenté des spectacles au Gala Juste pour rire à Montréal.

Humoriste, tout un cheminement

Le chemin qui mène aux fous rires du public est long et tortueux. À la différence d’un numéro d’improvisation, l’écriture d’une pièce humoristique demande de nombreuses heures de travail.

Selon la gestionnaire du Concours LOL pour l’ACFO, Céline Baillargeon-Tardif, ce n’est que cette année que Justin « a vraiment compris ce que c’était de travailler un numéro ».

Elle souligne que le niveau d’exigence surprend beaucoup les jeunes, parce que tout doit être calibré et conçu d’avance. Mais ce n’est pas tout.

« Il faut que le jeune ait beaucoup de "guts". C’est d’avoir la capacité de monter sur scène », précise-t-elle, en ajoutant que cela n’était pas donné à tout le monde.

À entendre Mme Baillargeaon-Tardif, le concours et la Troupe LOL constituent une expérience qui change les jeunes. Ils servent aussi à susciter des vocations : Justin Chenier nous a confié qu’il voudrait intégrer l’École nationale de l’humour dès cette année, ou l’an prochain.

Plus d'articles

Commentaires