Retour

Un conseil scolaire d'Ottawa avertit les parents de la « menace » des clowns terrifiants

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) de l'Ontario a envoyé cette semaine une lettre d'information aux parents d'élèves de ses établissements au sujet du phénomène des « clowns terrifiants ». La police d'Ottawa appelle cependant à ne pas céder à la panique.

Le message du CECCE, qui gère 52 écoles et collèges catholiques francophones dans l'Est ontarien et à Ottawa, évoque « des menaces envers certaines écoles secondaires d'Ottawa ».

Bien que ses établissements ne soient pas particulièrement visés, le CECCE se dit préoccupé à propos d'un compte sur le site de partage de photo Instagram, qui s'intitule « Clowns of Ottawa ».

« Vengez-vous mes clowns, vengez-vous MAINTENANT quand c'est le temps de le faire », peut-on lire dans un message publié sur cette page.

Pour le moment, il n'y a qu'une seule photo sur le compte, obtenue sur internet, qui montre un clown dans un boisé. Cela a néanmoins été suffisant pour que le CECCE prévienne les autorités.

« Le Service de police d'Ottawa (SPO) juge qu'il n'y a pas de menace à la sécurité des élèves et que cette menace n'est pas très crédible », est-il indiqué dans le courriel.

La prudence est de mise

Malgré cela, les responsables du CECCE soulignent que leurs employés se montreront particulièrement vigilants dans les prochains jours à propos de ces menaces potentielles et qu'ils suivront les protocoles de sécurité en place.

Les parents sont invités à discuter avec leurs enfants pour les rassurer et les encourager à dénoncer tout acte répréhensible.

La police d'Ottawa affirme pour sa part avoir reçu le signalement de deux clowns effrayants le 5 octobre. Des enquêtes n'ont pas été jugées nécessaires et les autorités disent qu'elles veulent éviter tout « sensationnalisme » à propos de cette éventuelle tendance.

De son côté, le Conseil scolaire Ottawa-Carleton mentionne avoir lui aussi communiqué avec les élèves et les responsables d'établissement à propos de ce phénomène.

D'après un article de CBC

Plus d'articles