Retour

Un couple d'Ottawa barricadé dans son hôtel pour le passage d'Irma

Alors que l'ouragan Irma continue de ravager les Caraïbes, un couple d'Ottawa fait partie des centaines de vacanciers qui n'ont pu quitter à temps leur centre de villégiature des îles Turks et Caicos (aussi appelées les îles Turquoises). Ils ont reçu l'ordre de se confiner dans la salle de bain de leur chambre d'hôtel, jeudi, à l'approche d'un des plus puissants cyclones à frapper l'Atlantique.

Taras Klymyshyn et sa conjointe Chantale Trottier sont arrivés au Club Med Turkoise de Providenciales, samedi, pour une semaine de vacances tout-inclus qui se voulait relaxante. Toutefois, après avoir vu les images de la dévastation laissée par l'ouragan, les vacances ont abruptement pris fin pour ces touristes.

Pas de vol pour rentrer

Le couple dit avoir tout essayé, depuis mardi, pour rentrer au pays, mais en vain.

M. Klymyshyn affirme avoir tenté sans succès de réserver un vol avec WestJet. D'autres voyageurs lui ont dit s'être rendus à l'aéroport dans l'espoir d'obtenir un siège, mais ils sont revenus bredouilles, les vols affichant complet.

WestJet a refusé les demandes d'entrevue de CBC, mais a envoyé une déclaration écrite sur les mesures prises pour résoudre la situation.

« Nous avons accommodé autant de voyageurs que possible, selon le nombre d'avions et le personnel disponible pour les opérations de sauvetage. Nous ne dévoilons pas les chiffres », peut-on lire dans la déclaration.

La compagnie aérienne affirme avoir ajouté des vols en partance du Mexique, de Cuba et de la Floride, afin de permettre aux touristes de rentrer. Les îles Turks et Caicos ne faisaient toutefois pas partie de la liste où des vols ont été ajoutés.

Barricadés dans la salle de bain

Au Club Med Turkoise, le personnel a bien préparé ses clients à l'arrivée de la tempête, explique M. Klymyshyn. Les fenêtres des chambres ont notamment été couvertes de contreplaqué.

Les clients qui résidaient au rez-de-chaussée ont été déplacés dans d'autres chambres aux étages. Les clients doivent donc partager leur chambre, qui loge maintenant de quatre à six personnes, raconte le couple d'Ottaviens.

Tous les touristes ont été avisés de s'enfermer dans la salle de bain sur le coup de midi.

« On nous demande de rester dans la salle de bain aussi longtemps qu'il le faudra », explique Taras Klymyshyn.

Sur le site Internet du Club Med, une note explique que le personnel respecte des mesures strictes de préparation en prévision de l'arrivée de l'ouragan. L'hôtel dit aussi disposer de générateurs ainsi que de réserves d'eau, de nourriture et de carburant.

« Nous nous résignons », a souligné M. Klymyshyn, qui s'est rendu une dernière fois sur la plage mercredi avant l'arrivée du cyclone. « Nous affronterons Irma de notre chambre. Nous nous sommes rendus sur la plage [mercredi] puisqu'il n'y a rien d'autre que nous pouvons faire. »

Un autre couple de la capitale dans la même situation

Par ailleurs, un autre couple d'Ottawa en voyage dans le même hôtel n'a pas non plus réussi à quitter les Caraïbes avant l'arrivée de l'ouragan.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada jeudi matin, Daniel Scott estime qu'une centaine de Canadiens sont toujours dans ce centre de villégiature et devront vraisemblablement affronter la tempête sur place.

Il souligne que certains touristes ont décidé d'aller loger dans des hôtels plus récents et situés plus loin de l'océan.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine