Les quelque 200 électeurs qui ont assisté, lundi soir, au débat électoral à l'hôtel de ville d'Ottawa n'auront pas vu les échanges les plus enlevants de cette campagne.

Si Jean-Luc Cooke (Parti vert), Catherine McKenna (Parti libéral) et Émilie Taman (NPD) ont expliqué leurs positions sur une foule de sujets locaux, comme le transport en commun, la gestion de la CCN ou les infrastructures, la joute a souvent pris des airs de monologues, tant les échanges entre les candidats étaient rares.

Le Parti conservateur était quant à lui absent du débat, ce que n'a pas manqué de souligner le maire, Jim Watson.

La question du financement fédéral d'un milliard de dollars pour la deuxième phase du train léger a plutôt fait consensus entre les trois candidats.

Par contre, le prolongement du train, qui coûterait 155 millions de dollars de plus, n'a pas suscité d'engagement précis de la part de la néo-démocrate Émilie Taman.

« Ce n'est pas vraiment à moi de faire des promesses dans un tel contexte. Mais Ottawa peut se fier sur nous pour avoir un partenaire stable. Ce ne seront pas seulement des ressources à court terme : ce seront des investissements à long terme, prévisibles et stables », a-t-elle insisté.

La candidate libérale Catherine McKenna ne s'est pas non plus trop avancée sur la question.

La CCN au cœur du débat

La gestion de la Commission de la capitale nationale (CCN) a occupé une bonne partie des discussions.

Tous se sont entendus sur la nécessité de voir les maires d'Ottawa et de Gatineau siéger au conseil d'administration de la CCN. 

Le candidat vert Jean-Luc Cooke est aussi allé plus loin, en plaidant pour une plus grande participation citoyenne et une meilleure représentation des Premières Nations.

« La rivière et tous les parcs autour d'Ottawa étaient à l'origine des territoires autochtones. Alors, je trouve que c'est important d'avoir la voix des autochtones au sein d'une commission responsable de la région de la capitale nationale », a-t-il dit.

Les représentants des trois partis en appellent à une plus grande transparence de la CCN, un enjeu local important pour Catherine McKenna.

« On ne parle pas seulement du Monument aux victimes du communisme, mais on veut vraiment changer comment la CCN fait les choses. Ça doit être plus transparent, on doit avoir des consultations, on doit avoir un conseil qui représente la diversité du Canada », a soutenu la candidate libérale.

L'unanimité sur cette question semble avoir plu, comme l'explique Louise Graveline, venue assister au débat.

« Je trouve que c'est un enjeu qui pourrait être très facilement résolu. Ça nous apparaît un anachronisme que les représentants des villes de la région n'aient pas un mot à dire », a-t-elle résumé.

Avec les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires