Retour

Un élu demande la fermeture du centre non autorisé de prévention de surdoses à Ottawa

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, souhaite la fermeture du centre de prévention des surdoses situé dans le parc Raphael-Brunet, au centre-ville d'Ottawa.

L'élu estime que le projet dérange les résidents de la Basse-Ville, incluant ceux qui sont pour la mise en place de centres d'injection. Le centre du parc Raphael-Brunet est non autorisé et a commencé ses activités il y a un peu plus de deux semaines.

Le conseiller espère que le groupe derrière ce projet travaillera de concert avec les autorités pour accélérer la mise en place de mesures légales pour encadrer la consommation de drogues injectables, comme l'ouverture d'un centre d'injection supervisée au Centre de santé communautaire Côte-de-Sable.

« Nous, on leur demande officiellement de cesser les opérations et d'accélérer un site sanctionné », a déclaré M. Fleury en marge d'une rencontre de l'Association communautaire de la Basse-Ville, lundi soir, qui portait sur le centre.

D'ailleurs, la Ville d'Ottawa annoncera cette semaine une série de mesures pour encadrer l'utilisation de drogues injectables dans le centre-ville.

Une rencontre houleuse

Les tensions étaient vives lors de la rencontre mensuelle de l'Association communautaire de la Basse-Ville sur le sujet, lundi soir, à laquelle une cinquantaine de personnes ont participé.

Parmi elles, Louise Currier, résidente de la Basse-Ville, s'est dite insatisfaite. « La police ne veut rien faire, il faut qu'on appelle la Ville, la Ville nous dit qu'il faut qu'on appelle l'échevin, l'échevin nous dit qu'il faut qu'on appelle le maire », a réagi Mme Currier. « Ils ont le droit de briser la loi et moi je n'ai pas le droit. »

Les interrogations des citoyens étaient nombreuses. Ils ont demandé pourquoi les instigateurs du centre de prévention n'avaient pas consulté la communauté avant d'aller de l'avant. Ils se sont aussi interrogés sur le financement du projet et sur l'endroit choisi.

Pour sa part, le vice-président de l'Association communautaire de la Basse-Ville, Thierry Harris, s'est dit satisfait de la rencontre, tout en reprochant au conseiller municipal Fleury son inaction dans le dossier.

« Encore une fois, on manque de leadership du conseiller municipal et, encore une fois, du maire pour dire oui ou non, ce que l'on fait sur ce site-là. […] Les gens sont frustrés, ils veulent des réponses hier », a commenté M. Harris.

Rappelons que le conseiller municipal était absent pendant deux semaines pour des raisons familiales.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires