Retour

Un fonctionnaire congédié par le gouvernement fédéral débouté à nouveau en cour

La Cour d'appel fédérale refuse de se prononcer sur la cause d'un fonctionnaire, microbiologiste vétérinaire, congédié pour insubordination en 2004.

Le tribunal soutient dans une déclaration laconique « n'avoir aucun motif d'intervenir fondé sur les faits soumis par le requérant. »

Le Dr Shiv Chopra avait été suspendu à trois reprises par son employeur, Santé Canada, après avoir tiré la sonnette d'alarme à la fin des années 1990 sur l'hormone de croissance bovine de Mosanto rBST.

Il avait déclaré devant un comité du Sénat, en 1998, avoir subi de la pression de son employeur pour approuver l'hormone de croissance, alors qu'il avait de sérieux doutes sur les effets secondaires de ce produit sur les animaux et les humains.

Deux autres collègues avaient également été renvoyés avec le Dr Chopra pour les mêmes motifs.

Un tribunal avait conclu que le Dr Gérard Lambert avait été renvoyé de façon injustifiée.

La Dr Margaret Haydon a gagné, l'an dernier, le droit à être réembauchée, à la suite d'une décision de la Commission des relations du travail.

Le public est le grand perdant

Le Dr Chopra s'est dit déçu de la décision de la Cour d'appel fédérale.

« C'est une parodie de justice », affirme le Dr Chopra. « C'est le public qui est le grand perdant, on parle ici de la salubrité alimentaire ».

Le Dr Chopra, âgé de 83 ans, est toujours d'avis que les hormones de croissance approuvées par Santé Canada sont dangereuses pour la santé humaine.

Il accuse les tribunaux de fermer les yeux sur la question et d'envoyer un bien mauvais message aux dénonciateurs du gouvernement.

« Ne dénoncez pas, vous allez perdre votre emploi! »

Shiv Chopra n'a pas indiqué s'il allait poursuivre son combat devant la Cour suprême.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine