Retour

Un grand mur contre les glissements de terrain construit à Orléans

La Ville d'Ottawa est forcée d'agir face aux effets des glissements de terrain du printemps, qui se font toujours sentir dans le secteur d'Orléans.

Un large mur est en train d’être construit pour stabiliser le sol d’une pente, dans le secteur du ruisseau Bilberry près de la rue Turnberry, où trois maisons ont dû être évacuées en mai.

Au lieu d’entendre le chant des oiseaux, les résidents de ce secteur boisé doivent endurer le son et les vibrations des plaques d’acier martelant le sol. Les travaux commencent souvent aussi tôt que 7 h et se poursuivent jusqu’à 20 h.

Le conseiller d’Orléans, Bob Monette, reconnait que le travail est « extrême et dévastateur » pour le ruisseau. Il est toutefois nécessaire pour prévenir de futurs glissements de terrain.

« On veut s’assurer que ce soit fait correctement et que dans 10, 20 ou 40 ans, on n’ait pas à le refaire », a indiqué M. Monette.

Le coût total des travaux n’est pas encore connu, selon le directeur des infrastructures à la Ville d’Ottawa, Alain Gonthier.

Des résidents compréhensifs

Laval Grimard vit depuis 1989 dans une maison très proche de celles qui ont été évacuées.

« Je suis bien satisfait », a dit M. Grimard. « On a l’impression qu’ils font du mieux qu’ils peuvent pour sauver nos terrains. Je suis impressionné que la Ville ait agi aussi rapidement. »

Le résident n’est pas inquiet de l’effet des glissements de terrain et des travaux sur la valeur de sa propriété.

« C’est le dernier de mes soucis. Je crois que personne n’achèterait ma maison en ce moment, pour être honnête. Mais j'ai l’intention de rester ici aussi longtemps que ça reste sécuritaire », a-t-il dit.

De son côté, le conseiller municipal espère que le travail pour reverdir le secteur pourra commencer cet automne, afin que les résidents puissent de nouveau profiter des sentiers boisés au printemps prochain.

Plus d'articles

Commentaires