Retour

Un jeune Inuit d'Ottawa et ses grands-parents à nouveau réunis

Le rêve de Jake Amarualik vient de se réaliser grâce à la fondation Rêves d'enfants. Il a pu faire venir ses grands-parents à Ottawa, en provenance du Nunavut.

Pour la première fois en deux ans, le jeune garçon, âgé de cinq ans et originaire du Nunavut, a pu passer du temps avec ses grands-parents, Nancy et Peter Amarualik.

Les aïeuls ont voyagé 3400 kilomètres de Resolute Bay vers Ottawa pour se réunir avec leur petit-fils, lui donnant ainsi un répit dans ses traitements contre le cancer.

« Parce que je l’ai souhaité, ça s’est produit », a témoigné Jake.

En avril 2015, le garçon a reçu un diagnostic de leucémie. Il a passé les deux dernières années à Ottawa à recevoir des traitements au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO).

« Nous avons eu des hauts et des bas », a fait savoir sa mère, Sheeba Nagmalik. « La première année a été difficile, mais les choses se sont améliorées dans la seconde. C’était dur, mais toutes les difficultés nous ont rendus forts. »

L’importance de la famille

Nancy Amarualik s’est dite très excitée de revoir le plus jeune de ses petits-fils et de se réunir à nouveau avec sa famille.

« ll est heureux de nous voir et nous sommes contents de le voir aussi. Depuis qu’il est un bébé, nous lui téléphonons. C’est bien de le voir en personne », a-t-elle dit.

Elle a précisé que dans sa culture de solides liens familiaux sont essentiels.

« Nous devons rester proches en tant que famille. Travailler ensemble, s’aider mutuellement. C’est ce que la famille signifie pour nous », a-t-elle affirmé.

Pour la mère de Jake, Sheeba, le désir de son fils d’être en compagnie de ses grands-parents démontre à quel point il aime sa famille et s'en soucie, bien qu’elle soit à des milliers de kilomètres.

Un nouveau chapitre

Le jeune Inuit commencera l’école à l’automne. Afin de préserver son héritage, il apprendra l’inuktitut à Ottawa, comme l’a mentionné sa mère.

« Notre culture est vraiment importante pour nous. C’est ce qui nous tient ensemble. Nous ne voulons pas perdre ça », a déclaré Mme Nagmalik.

Jake continuera ses traitements jusqu’au mois d’août 2018, mais sa mère entrevoit son avenir avec optimisme, maintenant que la famille est réunie.

Plus d'articles