Retour

Un nouveau centre d’injection supervisée ouvrira ses portes dans le marché By

Ottawa aura dès mardi un premier centre d'injection supervisée accessible 24 heures sur 24, tout juste à côté du refuge des Bergers de l'Espoir sur l'avenue King Edward. On estime que le centre accueillera plus d'une centaine de personnes quotidiennement.

Ce nouveau centre d’injection supervisée, dirigé par les Bergers de l’Espoir et le groupe Santé urbaine Ottawa, consiste en une remorque de chantier annexée au bâtiment principal du refuge.

Les inspecteurs de Santé Canada ont visité le centre lundi matin et ont donné leur autorisation officielle en soirée. La Roulotte pourra accueillir des consommateurs dès mardi.

C’est le premier emplacement du genre autorisé qui soit accessible 24 heures par jour à Ottawa. Les groupes qui administrent le centre estiment que celui-ci pourrait desservir jusqu’à 150 personnes par jour.

« En fin de semaine, on a au moins eu une douzaine de surdoses. [Les centres d’injection supervisée] ça aide, mais il y en a jamais assez. Je ne pense pas que même nous ça va être assez. Le fait d’ouvrir un autre endroit, c’est plus sécuritaire et ça offre plus de services », a raconté l'infirmière coordonnatrice pour Santé urbaine Ottawa, Louise Beaudoin.

Cette dernière a aussi affirmé que le centre sera opérationnel au moins jusqu'à la fin de l'hiver, mais elle ne sait pas combien de temps exactement il demeurera ouvert.

Mme Beaudoin a aussi fait valoir qu'il faudrait un emplacement plus permanent à l'intérieur du refuge des Bergers de l'Espoir, afin de mieux répondre à la demande.

La Roulotte devient donc le troisième centre d’injection supervisée dans le secteur du marché By, après que Santé publique Ottawa eut décidé d’ouvrir un centre d’injection supervisée au 179, rue Clarence en réponse aux opérations du centre temporaire non autorisé du groupe Prévention surdoses Ottawa ouvert en août.

Plusieurs élus, dont le maire Jim Watson, ont dénoncé le centre non autorisé situé dans le parc Raphael-Brunet.

« [La Roulotte] est un endroit chauffé, fermé et propre. C’est beaucoup plus logique que ce centre soit opérationnel que d’avoir un emplacement qui soit froid et humide dans un parc », a souligné M. Watson.

« La situation dans le parc [Raphael-Brunet] demeure illégale. On s’attend à ce que plusieurs gens vont être transférés […] au refuge », a pour sa part indiqué le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Le centre non autorisé pourrait cesser ses activités dans le marché By si la tendance se maintient, croit Louise Beaudoin, car plusieurs des bénévoles du parc Raphael-Brunet l'auraient approchée pour travailler à La Roulotte.

Aide de l'Ontario

Mathieu Fleury a également rappelé que les fonds utilisés par le nouveau centre proviennent du gouvernement de l’Ontario.

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée avait également offert son aide au groupe Prévention surdoses Ottawa, en lui proposant notamment de lui fournir des tentes isolées, des appareils de chauffage et des génératrices afin que le centre non autorisé puisse rester ouvert beau temps, mauvais temps.

Une telle aide aurait nécessité l’approbation de Ville, ce qu'elle a refusé de donner.

Ce ne sont cependant pas toutes les initiatives qui peuvent jouir du soutien de la province. Le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable doit ouvrir un centre d’injection supervisée autorisé, mais les contraintes administratives -  notamment du côté du gouvernement ontarien - ont grandement retardé l’avancement du projet.

Impossible pour l’instant de savoir quand ce centre d’injection pourra être opérationnel.

« C’est vraiment un symptôme d’un système qui ne fonctionne pas bien et qui n’est pas très réactif. Nous, ça fait plusieurs mois qu’on attend pour avoir les permissions pour passer aux rénovations et on n’a pas encore les permissions officielles pour continuer nos démarches », a déploré l’infirmier coordonnateur des services d’injection supervisée au Centre de santé communautaire Côte-de-Sable, Luc Cormier.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine