Après des mois sans direction permanente, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada s'est trouvé un nouveau directeur général : il s'agit d'Alain Dupuis, qui quitte la barre du Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO), poste qu'il occupe depuis 2012.

Le nouveau directeur général entrera officiellement en fonction le 23 mai. L’ancienne directrice générale de la FCFA, Suzanne Bossé, avait quitté ses fonctions à la fin octobre, sans aucune explication de l’organisme porte-parole. La directrice des relations gouvernementales et communautaires, Diane Côté, assure depuis la direction générale intérimaire.

Originaire de Sudbury, en Ontario, Alain Dupuis détient un baccalauréat en science politique avec mineure en communication de l’Université d’Ottawa, ainsi qu’une maîtrise en science politique de l’Université de Montréal.

« Le déracinement pour aller ailleurs pour étudier, ça a été quand même un choc qui a mené à une certaine implication communautaire et à un activisme pour les services en français, pour avoir accès à de meilleurs programmes postsecondaires en français en Ontario, notamment », affirme M. Dupuis, en expliquant la genèse de son engagement au sein d’organismes qui défendent les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

En ce qui concerne son nouveau mandat, M. Dupuis « pense que, en général, [il faut] assurer une plus grande présence de la francophonie canadienne dans l’espace public, [et] avoir un gouvernement qui consulte et qui comprend les besoins des communautés francophones hors Québec, en milieu minoritaire ».

M. Dupuis entend travailler sur le renouveau du réseau des institutions et associations francophones, afin d’y faire une place pour les jeunes, les nouveaux arrivants francophones ainsi que les francophiles qui souhaitent contribuer à la communauté d’expression française.

Le nouveau directeur général espère également faire du chemin dans le dossier de l’immigration francophone, l’un des plus importants enjeux pour la FCFA.

« Il va falloir qu’on talonne le gouvernement pour s’assurer qu’il mette en place de vraies stratégies pour qu’on atteigne nos cibles, et qu’on accueille mieux nos immigrants francophones, qu’ils s’installent et se joignent à nos communautés », constate-t-il.

Miser sur la jeunesse

Malgré son jeune âge, le Franco-Ontarien de 29 ans est l’homme de la situation, selon la présidente de FCFA, Sylviane Lanthier.

« Le leadership et la jeunesse, nous y croyons, et nous avons choisi Alain Dupuis à cause de ses compétences, de son leadership et parce qu’il est bien placé pour initier une nouvelle page de l’histoire de la Fédération, contribuer de nouvelles idées, générer une nouvelle approche », conclut Mme Lanthier.

Plus d'articles

Commentaires