Toutes sortes d'anecdotes et de légendes populaires circulent depuis des lustres au sujet de l'histoire du Château Montebello. Robert Delorme démystifie le vrai du faux une fois pour toutes dans son essai Le Seigniory Club à paraître mercredi.

Une collaboration signée Les Malins

Dans son titre entier, Le Seigniory Club - L’étonnante saga d’une dynastie familiale à un richissime club privé présente déjà les prémices d’un ouvrage qui détaille les péripéties entourant l’histoire du Château Montebello et de sa construction, certes, mais aussi celle du club privé qui en tenait les rouages.

Le livre publié sous forme d’essai est lancé au Château Montebello le 9 août 2017.

C’est au terme d’un travail de recherche de longue haleine, étalé sur une période de deux ans, que l’auteur Robert Delorme, citoyen de Montebello depuis une dizaine d’années, peut « remettre à jour quelques écrits qui ont été faits au cours des années 70-80 », comme il le dit.

« On repart à zéro avec cette histoire-là. On a bien entendu parler de l’histoire du château et ses 14 000 billots et ses 3500 ouvriers, mais j’ai tenté d’aller plus loin que ça en donnant une nouvelle couleur à cette histoire-là », précise M. Delorme.

Dans ses écrits, l’auteur nous fait part de ses trouvailles : des documents inédits qui « apportent un éclairage nouveau sur des aspects jamais traités », affirme-t-il.

M. Delorme précise aussi que les informations présentées dans son livre se basent exclusivement sur des faits en faisant fi des potins, des anecdotes, et des rumeurs qui ont toujours alimenté l’histoire du lieu.

Quelques extraits du livre ont particulièrement capté l’attention des Malins : 

1. L’aéroport international de Montebello

Montebello a bien failli avoir son propre aéroport! Le projet avait été déposé par le Seigniory Club, mais le ministère des Transports de l’époque tardait à octroyer les autorisations nécessaires.Comme les membres du club n’avaient pas de temps à perdre, le projet a été remplacé par celui du circuit équestre qui lui, s’est concrétisé.

2. Des travailleurs morts, emprisonnés dans le béton

Depuis des années, les gens regrettaient la disparition de supposés travailleurs polonais qui seraient morts en perdant pied lors de la construction du célèbre foyer de 20 mètres situé dans le hall du Château Montebello. Ils y auraient été engloutis dans le ciment.

Or, la fondation du foyer n’aurait jamais pu contenir deux hommes de cette taille puisque l’épaisseur représente seulement 0,3 mètre. Il y avait également de la surveillance et beaucoup de circulation durant les travaux. Quelqu’un se serait donc aperçu de l’incident s'il était survenu.

3. De la machinerie lourde cachée au fond de la rivière

Selon les rumeurs, le chantier de construction du Château Montebello était encore rempli de débris et de machinerie lourde à peine quatre jours avant l’ouverture.

Les gens racontent que pour accélérer le nettoyage, des pelles mécaniques, des bouteurs et même des tracteurs auraient été jetés à la rivière. C’est pourtant totalement faux. À cette époque, il n’y avait pas beaucoup de machinerie. Une seule pelle mécanique à la vapeur et deux petites grues ont été utilisées dans les travaux.

Des restants de fer forgé, de billots de bois et autres matériaux de construction ont toutefois été jetés à la rivière comme c’était coutume à l’époque.

4. Une gravure datant de plus de 100 ans

En entrant au Château Montebello par le chemin de l’entrée principale, observez bien les poteaux d’éclairage. On y retrouve une inscription datant de 1909 : la lettre « L » stylisée qui rappelle le premier nom de l’établissement, Lucerne-in-Quebec.

Ce nom avait été donné au château par Harold Saddlemire qui voulait en faire club privé, tout comme son autre établissement Lucerne-in-Maine qui avait pignon sur rue aux États-Unis.

Même si l’oeuvre de Robert Delorme diminue quelque peu la fantaisie et le mystère entourant le Château Montebello, elle ne contribue pas moins à présenter des anecdotes cocasses et intéressantes au sujet de ce lieu emblématique.

Il restera toujours autant d’histoires captivantes à se raconter autour d’un bon feu de foyer gigantesque, haut de 20 mètres.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine