Retour

Un parc à chien suscite la grogne de certains résidents dans l’est de Gatineau

Un groupe de résidents du secteur de Buckingham demandent à la Ville de Gatineau de redonner son ancienne vocation au parc Lanthier. Ce dernier, qui comprend un boisé, a été converti en parc à chien en 2008.

Le parc en question est situé dans un secteur résidentiel. Il est bordé par les rues Tremblay et Rémi-Desjardins, ainsi que par la place Léonard.

Cet espace vert, qui dessert Masson-Angers et Buckingham, est le seul dans ce secteur de la ville où les chiens peuvent se promener sans laisse.

Le problème, selon certains résidents, vient du fait que plusieurs des propriétés adjacentes ne sont pas clôturées. Résultat, il arrive que des chiens sans laisse s’y aventurent.

La problématique, c’est que les gens se retrouvent avec des chiens sur leur terrain, sans laisse. J’ai un résident qui m’a interpellé, [il] ramasse des excréments sur son terrain.

Martin Lajeunesse, le conseiller de Buckingham

Des citoyens sont donc venus, mardi soir, exprimer leurs inquiétudes quant à leurs sécurités. Ils disent aussi avoir perdu leur qualité de vie.

Déplacer les chiens dans un autre parc?

Le conseiller de Buckingham, Martin Lajeunesse, s’est dit prêt à donner suite aux doléances des résidents et à trouver une solution rapide avec l’aide des services municipaux.

Il a par exemple proposé d’aménager le parc Gendron, qui est situé près de la rue Judge, pour qu’il puisse recevoir les chiens sans laisse.

« Le parc Gendron est dos au garage municipal à Buckingham et dos aussi au terrain de golf. Et, les résidences sont de l’autre bord de la rue, contrairement au parc Lanthier où les résidences sont à cheval sur le parc », a expliqué M. Lajeunesse.

Il estime que l’installation d’une clôture serait moins coûteuse à cet endroit. En effet, de tels travaux s’élèveraient à 30 000 $, une somme que le conseiller souhaite prélever à même son enveloppe discrétionnaire.

Par ailleurs, la conseillère du district de Hull-Wright, Denise Laferrière, a réclamé une analyse plus approfondie du dossier des parcs à chien, à l’échelle de la ville.

Son collègue de Masson-Angers, Marc Carrière, qui abonde dans le même sens, a rappelé qu'il y avait 27 500 chiens déclarés sur le territoire de Gatineau.

Avec des informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?