Retour

Un policier d'Ottawa présente des excuses pour des propos inappropriés envers les Autochtones

Le sergent Chris Hrnchiar a plaidé coupable, mardi, devant un comité de discipline du Service de police d'Ottawa (SPO), à deux accusations de conduite répréhensible, à la suite de commentaires qu'il a faits sur Internet contre les Autochtones et l'artiste inuite décédée Annie Pootoogook.

Chris Hrnchiar a ajouté, lors de l'audience, qu'il « est vraiment désolé d'avoir posé ces gestes. »

Le corps d'Annie Pootoogook a été retrouvé dans la rivière Rideau le 19 septembre dernier.

Chris Hrnchiar a reconnu avoir publié des commentaires sur internet rejetant la thèse du meurtre, même si l'Unité des crimes majeurs enquête et que la police d'Ottawa a découvert des éléments suspects dans cette affaire.

« Généralement, bon nombre d'Autochtones ont une très courte vie, talent ou pas [trad. libre] », pouvait-on lire dans le commentaire laissé au bas d'un article en ligne du Ottawa Citizen, à partir du compte Facebook du sergent Hrnchiar.

Dans une deuxième publication, l'auteur de ce commentaire avait ajouté que la communauté autochtone du Canada faisait un usage abusif de drogues et d'alcool.

Le policier avait été accusé en octobre. Il doit comparaître de nouveau le 7 décembre pour connaître sa peine.

Le SPO et la défense demandent que le sergent Hrnchiar soit rétrogradé au rang de constable de première classe pendant trois mois et qu'il suive une formation multiculturelle.

Les propos attribués à M. Hrnchiar avaient été condamnés par le chef du Service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, qui avait dit qu'ils n'étaient pas « acceptables ».

Plus d'articles