Retour

Un pompier retraité lance une campagne de soutien à la famille d'Abdirahman Abdi

Un pompier à la retraite du Service des incendies d'Ottawa a lancé sa propre ligne de bracelets en solidarité avec la famille d'Abdirahman Abdi pour contrer une campagne menée par la police en soutien à un agent accusé d'homicide involontaire dans la mort d'Abdirahman Abdi.

Greg Birtch s'est dit profondément offensé et embarrassé en apprenant que certains membres du Service de police d'Ottawa (SPO) avaient commandé des bracelets personnalisés sur lesquels est inscrite la mention « United We Stand, Divided We Fall [l'union fait la force, la division nous détruit] » en soutien à l'agent de police Daniel Montsion, accusé d'homicide involontaire, d'agression armée et de voies de fait graves en lien avec la mort d'Abdirahman Abdi, un Canado-Somalien alors âgé de 37 ans.

Le pompier a fait une commande de 500 bracelets de couleur bleue avec une étoile blanche, comme le drapeau somalien, et sur lesquels on peut lire : « Debout avec Abdirahman Abdi ».

Le bracelet sera vendu au coût de 2 $ l'unité, quand il les recevra la semaine prochaine. Les profits seront directement reversés à la famille de la victime.

« Je crois que cela a touché une corde sensible chez beaucoup de gens », a commenté Greg Birtch, qui reçoit beaucoup de messages sur sa page Facebook.

Il comprend que ce soit important pour les policiers de se serrer les coudes, tout en estimant que leur bracelet pourrait heurter les sentiments de certaines personnes.

« Vous savez qu'il y a beaucoup de façons de se tenir debout ensemble, sans avoir à faire ce qu'ils ont fait », a expliqué M. Birtch.

« Des conséquences inattendues »

Le chef du SPO, Charles Bordeleau, avait rappelé dans un message aux employés que les bracelets faits en soutien à l'agent de police Daniel Montsion ne font pas partie de l'uniforme des policiers et qu'ils ne peuvent donc pas être portés durant les heures de travail.

« Je comprends le sentiment. Comme nous le ferions pour n'importe quel membre qui passe au travers d'un tel processus, la direction, les employés et l'association ont déjà mis en place des mesures d'aide aux employés. Cette aide demeurera en place », avait-il écrit.

Le président de la Commission de services policiers d’Ottawa, Eli El-Chantiry, avait indiqué qu'il appuyait la décision de Charles Bordeleau.

« Les bracelets, même s'ils sont bien intentionnés, ont des conséquences inattendues et diviseuses. Nous devons prendre un peu de recul et réfléchir à toute la situation dans ce cas-ci », avait-il déclaré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine