Retour

Un présumé prédateur sexuel sous surveillance s'enlève la vie en prison

Le suicide d'un présumé prédateur sexuel au centre au Centre de détention d'Ottawa-Carleton, mardi matin, soulève de nombreuses questions.

C'est l'avocat Leonard Shore, qui représentait Yousef Hussein, qui a confirmé la mort de son client. Il a été informé par des membres de la famille du détenu.

Le personnel du centre a découvert le corps de l'homme de 26 ans dans une cellule de la prison, à 3 h 08.

De son côté, le Service de police d'Ottawa n'a pas voulu confirmer l'identité de la victime, disant seulement qu'il souffrait de troubles mentaux.

Cette nouvelle survient alors que le centre de détention subit un examen au sujet de possibles mauvaises conditions de travail et de détention.

Le gouvernement réagit

Le ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l'Ontario, Yassir Naqvi, a tenu à rappeler, par voie de communiqué, qu'il a ordonné une enquête sur le Centre de détention d'Ottawa-Carleton au début du mois.

Le groupe d'experts a pour mandat d'élaborer un plan d'action pour régler les problèmes de capacité à court terme et à long terme. Le gouvernement affirme prendre ces mesures dans le but de favoriser la santé et la sécurité des membres du personnel et des détenus.

Le plan d'action sera élaboré d'ici le 1er juin 2016.

Yassir Naqvi ajoute que la politique d'isolement sera revue de fond en comble par le comité « dans le but d'améliorer les soutiens [offerts] aux détenus, notamment en matière de santé mentale et de réadaptation, et d'assurer la sécurité du personnel et des détenus ».

Yousef Hussein sous surveillance

L'avocat de Yousef Hussein affirme que son client a été mis sous surveillance étroite car il a eu des tendances suicidaires après avoir eu une conversation avec sa femme, samedi. 

Cette conversation l'aurait rendu très en colère et Leonard Shore ne comprend pas comment il a pu s'enlever la vie par pendaison alors qu'il était surveillé par des agents correctionnels. Selon les règles, des agents devaient le surveiller toutes les 20 minutes.

Yousef Hussein, un ressortissant jordanien, a été arrêté il y a deux ans et accusé de six chefs d'accusation d'agression sexuelle.

Il était aussi accusé de trois chefs pour avoir tenté de vaincre la résistance à la perpétration d'une infraction. Ces accusations sont déposées lorsque quelqu'un tente d'étouffer, de suffoquer ou d'étrangler une autre personne afin de commettre un acte criminel ou encore lorsqu'il administre une drogue à une personne. 

Finalement, Yousef Hussein faisait aussi face à deux chefs d'introduction par effraction et de deux accusations d'avoir commis un acte indécent.

De multiples victimes

Les crimes sexuels dont était accusé Youssef Hussein ont eu lieu sur une période de 14 mois. Les victimes ont été attaquées dans différents secteurs de la ville d'Ottawa. Plusieurs d'entre elles ont été agressées alors qu'elles marchaient seules.

L'homme est le deuxième détenu du Centre de détention d'Ottawa-Carleton à mourir depuis quelques semaines. Son procès était prévu l'an prochain.

Une enquête a été ouverte par le coroner à la suite de ce décès. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine