Retour

Un projet pilote pour réduire les consultations inutiles chez un spécialiste au CHEO

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) mène son propre projet pilote pour réduire les consultations inutiles chez un spécialiste.

Les jeunes patients de la cardiologue en pédiatrie Dr. Lillian Lai doivent parfois attendre plus d'un an pour obtenir une consultation chez un médecin spécialiste dont finalement ils n'avaient pas besoin - et cette attente peut provoquer bien du stress.

Alors pour éviter l'attente, la cardiologue et d'autres médecins du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) ont participé à un projet pilote de consultation par internet qui permet aux médecins de famille de contacter des spécialistes et de leur poser des questions par courriel.

Le programme Champlain BASE a été créé en 2009 par les Dres Clare Liddy et Erin Keely.

Les médecins ayant participé à ce programme ont eu un accès meilleur aux spécialistes et obtenu des conseils plus rapidement. Il a aussi fait baisser le nombre de consultations en personne de 40 %.

Selon l'étude, ce sont 23 spécialistes en pédiatrie - qui recouvre 14 spécialités - qui ont répondu à plus de 1000 demandes d'eConsult (par voie de courriel) provenant de 367 médecins de famille.

La plupart des demandes concernaient la pédiatrie générale (36,9 %), l'orthopédie (15,2 %) et la psychiatrie (11,6 %).

Les spécialistes ont répondu à ces demandes en une journée en moyenne, et plus de 60 % de ces questions ont pris moins de 10 minutes à répondre.

Dans 37 % des cas environ, les consultations face à face étaient inutiles.

La Dre Lai, qui a suivi ce programme, juge que beaucoup de jeunes patients et leurs familles étaient anxieux pendant la durée de l'attente d'une consultation avec un spécialiste, alors qu'in fine, ils n'avaient pas besoin de cette consultation.

« En fin de compte, la plupart du temps, certains cas que je vois sont tout à fait normaux, et les jeunes patients et leurs familles n'auraient jamais dû être si anxieux pendant toute une année [en attendant de me voir]. Et comme ce n'était pas des cas urgents, ils ont dû attendre longtemps », explique-t-elle.

« Certains patients sont même venus de l'île de Baffin, pour qu'on se rende compte finalement qu'ils n'avaient pas besoin de suivi », a ajouté Dre. Lai.

Jusqu'à présent, le programme n'a pas surchargé les spécialistes avec du travail supplémentaire. Ils sont payés pour répondre aux questions et l'argent est reversé pour la recherche au CHEO. Les spécialistes qui ont participé au projet recommandent qu'il se poursuive.

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité