Retour

Un propriétaire asiatique réagit aux propos du maire de Casselman

Le propriétaire de la résidence Mon chez nous, Keijing Hou, n'était pas au courant des propos émis par le maire de Casselman Conrad Lamadeleine à l'égard de son établissement.

Le maire s'est dit inquiet, mardi, de l'achat de résidences privées pour personnes âgées par des Asiatiques. 

« Quand les Asiatiques achètent des résidences, ça ne veut pas dire que la qualité des services est la même après, avait révélé M. Lamadeleine. Vous en avez un exemple assez frappant de ça à Casselman. Juste vous mettre en garde avec ça. »

À ces propos, Keijing Hou a refusé d'accorder une entrevue à Radio-Canada, préférant d'abord rencontrer le maire de Casselman, afin d'avoir l'heure juste et d'en savoir davantage sur les reproches qui lui sont adressés.

Un autre homme d'affaires d'origine asiatique et propriétaire de la Résidence St-Pascal dans la Cité de Clarence-Rockland, Jinping Zeng, a toutefois accepté de commenter l'histoire.

Monsieur Zeng, aussi originaire de la Chine, est propriétaire depuis maintenant un an et demi et explique ne pas en vouloir à Monsieur Lamadeleine pour les propos qu'il a tenus.

« Vous dites quelque chose, mais je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, raconte-t-il. Mais ça ne me met pas en colère. Tout ce que je demande, c'est de venir nous voir et de regarder comment nous travaillons. »

Le propriétaire ne s'objecte pas à ce que le maire de Casselman vienne visiter sa résidence, pour laquelle Monsieur Zeng dit se vouer corps et âme.

D'après un reportage de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires